Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

.

Ouverture prochaine du site

« True Salaf »

Vous êtes de plus en plus nombreuses a vous connecter  Barak Allahu fikoum !
C’est la raison pour laquelle nous réalisons actuellement le futur site
« www.true-salaf.com »

Inscrivez-vous (à notre newsletter)

Pour être informé !

Qu'Allah nous facilite le chemin vers la vérité et nous aide à la mettre en pratique.

Nombre de visiteurs :

.


« Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allâh et Son messager ont décidé d’une chose, d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. »Coran 33 / 36
 
 

        Nouveau !
Horaire de Prière

 

 

web108.gif Chaque mois :  WWW.CONCOURS-ISLAMIQUE.COM
A gagner : Des livres, Jilbab, gants, Boussole, CD et autres...
.m.
Ajouter true salaf a vos liens
True-Salaf.png
Certains Pieux Prédécesseurs (Salaf Salih) disait :
« Le plus dur des combats que j’ai mené contre mon ego est lorsque j’ai voulu l’obliger à être sincère. »

u

  eclosion.gif True Salaf l'Islam Pur et Authentique eclosion.gif

Chère sœur musulmane ! Le voile n’a d’autre fonction que de te préserver et de te protéger des regards empoisonnés venant des cœurs malades et des chiens humains. Il t’est un rempart aux appétits féroces. Tu dois t’y attacher, et ne pas te tourner vers ces revendications pour le moins tendancieuses dont les aspirations sont de combattre le voile en cherchant à le dénigrer. Leurs partisans ne te veulent aucun bien comme le Seigneur le révèle :

"Ceux qui suivent leurs passions voudraient profondément que vous succombiez". (4: 27) 
 

 

 

19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 17:44

Fatwa sur le jeûne (ramadan) Ibn Uthaymin, Ibn Baz, Ibn Jibrine 

Petit rappel "nasiha" (NTD) :
 
Le Prophète– qu’Allah prie sur lui et le salue - dit : « Si l’un d’entre vous est en état de jeûne qu’il cesse donc les obscénités et le braillement ». c’est-à-dire qu’il ne prononce pas des paroles par lesquelles il prendra des péchés, et qu’il ne braille pas en parlant à voix haute, mais qu’il soit décent, calme et humble. Si une personne venait à l’insulter ou le blasphémer qu’il n’élève pas la voix sur cette personne, mais qu’il dise plutôt : « je suis en état de jeûne ». Il dit cela pour que la personne qui insulte ne s’enorgueillisse pas, comme en lui répondant : « je ne suis pas dans l’incapacité de riposter à tes insultes, mais je suis en état de jeûne, et mon jeûne m’interdit de te répondre » et qu’il dise cela à haute voix. De plus lorsqu’il dit « je suis en état de jeûne », il empêche son for intérieur de riposter à l’insulte de la personne comme s’il disait à lui-même : « je suis en état de jeûne, ne répond donc pas à l’injure de cette personne ». (Riyad-es-salihin)

Le Prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit : « Celui qui ne s’abstient pas de mentir et de se mal conduire, Allah n’a pas besoin qu’il s’abstienne de boire et de manger. »

«Les endurants auront leur pleine récompense sans compter. »
(les groupes, v.10)

AUDIO


web108.gif Spéciale Ramadan


ARTICLES

 

webmaster-348.gif Cha’bân approche ô Gens de la Sunnah ! … 

webmaster-348.gif Annoncez la bonne nouvelle Ramadan

webmaster-348.gif Conseils pour Ramadan

webmaster-348.gif Fatawa spéciale ramadan

webmaster-348.gif Lecture du Qur'an pendant Ramadan

..............................................................................


webmaster-348.gif Notions sur le jeûne...

webmaster-348.gif Le Jeûne

webmaster-348.gif Les répercussions du jeûne

webmaster-348.gif Catégories de jeûneurs

webmaster-348.gif Le jeûne de celui qui ne prie pas


................................................................................


webmaster-348.gif Règles du jeûne spécifiques aux femmes

webmaster-348.gif Le jeûne de la femme enceinte et de celle qui allaite

webmaster-348.gif La retraite pieuse de la femme ainsi que le lieu où elle doit faire cela

webmaster-348.gif La femme enceinte doit-elle sortir Zakât al-Fitr pour l’enfant qu’elle porte ?

webmaster-348.gif 60 Interrogations sur les menstrues

................................................................................

webmaster-348.gif Redoubler d’efforts les dix derniers jours de Ramadan


PDF


webmaster-348.gif Le mois de Cha'bân format pdf

webmaster-348.gif 100 Questions / Reponse fatawa/divers.pdf

webmaster-348.gif Actes méritoires,l'itilkaf, zakak al fitr etc.pdf

 


RAPPEL


« Ô vous qui avez cru ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à vos prédécesseurs, ainsi atteindrez-vous la piété, pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’autres jours. Mais pour ceux qui ne pourrait le supporter (qu’avec grande difficulté), il y a une compensation : nourrir un pauvre. Et si quelqu’un fait plus de son propre gré, cela sera compté pour lui ; mais il est mieux pour vous de jeûner ; si vous saviez ! (Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et comme preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc, quiconque d’entre vous constate la naissance du mois le jeûne ! Celui qui est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. »

(La vache, v.183-185).

 



Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Speciale Ramadân
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 17:24



Question : Certains savants critiquent ceux qui jeûnent sans prier : qu’a la prière à voir avec le jeûne ? Je veux jeûner pour entrer au Paradis par la porte (Rayyân) des personnes qui jeûnaient fréquemment. D’autre part, on sait que le fait de jeûner le mois du Ramadan efface les pêchés commis depuis le Ramadan précédent... Veuillez m’éclaircir les choses, puisse Allah vous accorder le succès.


Réponse : Ceux qui ont critiqué le fait que tu jeûnes sans prier ont raison, car la prière est le pilier principal de l’islam (après l’attestation de foi) sans lequel l’islam d’une personne n’est pas valable. Celui qui l’abandonne devient mécréant et sort de l’islam. Allah n’accepte ni le jeûne des mécréants, ni leurs aumônes, ni leurs pèlerinages, ni quoi que ce soit de leurs bonnes œuvres. Allah a dit : « Ce qui empêche leurs dons d’être agréés, c’est le fait qu’ils n’ont pas cru en Allah et Son messager, qu’ils ne se rendent à la prière que paresseusement, et qu’ils ne dépensent (dans les bonnes œuvres) qu’à contrecœur. »2

 
Donc, le fait de jeûner sans prier entraîne la nullité de ton jeûne : il ne sera pas accepté par Allah, et le fait de jeûner alors ne saurait te rapprocher de Lui.

 
Quant au fait que le jeûne du Ramadan efface les pêchés commis depuis le Ramadan passé, c’est vrai mais pas de la façon que tu l’as comprise. Tu devrais prendre en compte le hadith selon lequel le Prophète, prière et salut sur lui, a dit : « D’une prière à l’autre, de la prière du vendredi à l’autre, du jeûne du Ramadan au prochain jeûne du Ramadan, les péchés sont effacés, sauf les grands péchés (al-Kabâ’ir). »3

 
 Le Prophète, prière et salut sur lui, a donc cité comme condition pour que soient effacés les péchés d’un Ramadan à l’autre, le fait d’éviter les grands péchés. Or, abandonner la prière, ô toi qui jeûne sans prier, tu n’as pas évité les grands péchés : car quel péché y a-t-il de plus grave que l’abandon de la prière ? Mais plus que cela : l’abandon de la prière est un acte de mécréance, donc, comment ton jeûne pourrait-il effacer tes péchés ? De plus, ton jeûne n’est pas accepté.

 
Tu dois, mon frère, te repentir et pratiquer la prière qu’Allah t’a ordonné d’accomplir, et après cela, pratiquer le jeûne, selon la recommandation du Prophète, prière et salut sur lui, à Mu’âdh, qu’Allah l’agrée, lorsqu’il l’a envoyé au Yémen : « Que la première chose à laquelle tu les invites soit le témoignage qu’aucune divinité ne mérite d’être adorée en dehors d’Allah, et que Muhammad est l’Envoyé d’Allah. S’ils répondent à ton appel, informe-les alors qu’Allah leur a imposé cinq prières de jour et de nuit […]. »1

 
Il a donc cité en premier lieu, le témoignage de foi, puis la prière et ensuite l’aumône légale (Zakât).2 



Le statut juridique de celui qui ne prie et ne jeûne que pendant le Ramadan



Question : Une personne ne pratique la prière que pendant le mois de Ramadan, et dès que le mois est terminé, elle s’arrête de prier ; son jeûne est-il valable ? 

Réponse : La prière est un des piliers de l’islam et c’est même son pilier le plus important après le témoignage de foi. C’est une obligation individuelle de l’accomplir. Quiconque l’abandonne, que ce soit en la reniant, ou en refusant de la pratiquer, ou seulement par paresse et négligence, devient mécréant.

Quant à ceux qui jeûnent le mois du Ramadan et ne prient que pendant ce mois, leur acte équivaut à une tentative de tromper Allah ! Et bien vils sont ceux qui ne connaissent Allah que pendant le Ramadan : leur jeûne n’est pas valable tant qu’ils délaissent la prière hors du Ramada 1.


Le jugement de celui qui jeûne sans prier 


Question

 

: Quel est le jugement de celui qui jeûne tout en délaissant la prière ? Son jeûne est-il valable ?
 Réponse : L’avis correct est que celui qui délaisse la prière volontairement devient mécréant par son acte. Son jeûne, et  toute autre adoration, n’est pas valable, jusqu’à ce qu’il se repente. La preuve de ceci est le verset suivant : « Mais s’ils avaient donné à Allah des associés, alors tout ce qu’ils auraient fait eût été vain. »2 D’autres versets et hadiths témoignent aussi de cela.

Certains savants optent pour un autre avis. Ils disent qu’une personne qui abandonne la prière par négligence ou par paresse ne devient pas mécréante et que ni son jeûne, ni le reste des adorations qu’il accomplit ne s’annulent tant qu’il ne les renie pas et qu’il les reconnaît comme étant obligatoires. Mais l’avis le plus juste est qu’une telle personne devient mécréante, ainsi que le prouve les nombreux hadiths, parmi lesquels on peut citer :
Le Prophète, prière et salut sur lui, a dit : « Ce qui sépare le musulman de la mécréance et de l’associationnisme est l’abandon de la prière. »3  

Le Prophète, prière et salut sur lui, a dit : « Le pacte qu’il y a entre nous (les musulmans) et eux (les mécréants), c’est la prière. Et quiconque l’abandonne tombe dans la mécréance. »4

L’éminent savant Ibn ul-Qayyim, qu’Allah lui soit clément, a détaillé la question dans son livre intitulé Ahkam us-Salât wa Târikiha (Les rites de la prière et la question de son abandon). Ce livre est intéressant et utile à consulter.5

 
 

2 Le Désaveu ou le Repentir, v. 54.
3 Rapporté par Muslim dans le chapitre de la purification (n°233).
1 Rapporté et authentifié par At-Tirmidhî dans le chapitre de la Zakât (n°625).
2 Ibn ‘Uthaymîn, Fatâwâ as-Siyâm (Fatwas relatives au jeûne rassemblées par Muhammad al-Musnad), p. 69.
.1 Fatwa du Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de l’Iftâ, Fadhâ’il Ramadhân (Les vertus du Ramadhân, rassemblé par Abdur-Razzâq Hassan), p. 14.
2 Les Bestiaux, v. 88.
3 Hadith rapporté par l’imam Muslim dans son recueil de hadiths authentiques selon Jâbir ibn ‘Abdillah, qu’Allah l’agrée lui et son père.
4Hadith rapporté par l’imam Ahmad et les quatre compilateurs de hadiths selon Burayda ibn ul-Hussayn, qu’Allah l’agrée.
5 Ibn-Bâz, Fadhâ’il Ramadhân (Les vertus du Ramadhân, rassemblé par Abdur-Razzâq Hassan), p. 15.

Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Speciale Ramadân
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 17:18


Rappeler celui qui mange les jours de Ramadan




Question
: Si je vois un homme mangeant pendant Ramadan et que je sais qu'il mange par distraction, dois-je le lui rappeler ou non ? Certaines personnes disent : « Ne lui rappelle pas, parce qu'Allah est Celui qui lui a donné cette nourriture et boisson »

 

Réponse : Vous devez lui rappeler parce que cela fait partie de la recommandation du bien et de l’interdiction du mal. Si vous l'avez vu en train de manger, alors vous devez lui commander de s’abstenir, car cela fait partie de la recommandation du bien et vous devez lui interdire de manger car cela fait partie de l’interdiction du mal. Aussi, l’arrêter de manger empêche les spectateurs de penser qu'il néglige les règles de  Shari'a, par le soupçon qu’amène sa distraction.

Shaykh Ibn Jibrin

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.227, Fatwa n° 173;

Fatawa As-Siyam libni Jibrin – p. 15

 

 

L'âge auquel un enfant est obligé de jeûner


Question : Quand devient-il obligatoire à l'enfant de jeûner et quelle est la limite d'âge ?

 

Réponse : On ordonne à un enfant de prier quand il atteint l'âge de sept et le frappe pour l’accomplir à l'âge dix et cela lui devient obligatoire quand il atteint la puberté. Et la puberté est déterminée par :

 

1)      Excrétion de sperme après excitation;

2)      Apparition de poils pubiens;

3)      Ejaculations nocturnes;

4)      Atteindre l'âge de quinze ans.

De même pour une femme, en plus des menstrues.

 

La source pour ce qui est mentionné ci-dessus est ce que l'imam Ahmad et Abû Dawud ont rapporté sur l'autorité du prophète (salallahu a‘layhi wa salam) :

 

« Ordonnez à vos enfants de prier à sept et frappez-les à dix et séparer les l'un de l'autre dans le lit. »

 

Aussi, 'Aisha (radhiallahu 'anha) a rapporté sur l'autorité du prophète (salallahu a‘layhi wa salam) :

 

« La plume est levée pour trois (personnes) : le dormeur jusqu’à ce qu'il se réveille, le jeune enfant jusqu’à ce qu'il atteigne la puberté et le fou jusqu’à ce qu’il retrouve la raison. »

Et tout le succès est en Allah et que les prières et les salutations soient sur notre prophète (salallahu ‘alayhi wa salam), sa famille et ses compagnons.

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.233, Fatwa n° 177;

Fatawa Al-Lajnah Ad-Da.ima lil-Buhuth Al-'Ilmiya wal-Ifta. - Fatwa n° 1787

 

 

Le jeûne de l'enfant


Question : Doit-on ordonner au jeune enfant non pubère de jeûner ? Aussi, est-ce qu'il (le jeûne) est accepté de lui s'il atteint la puberté pendant son jeûne?

 

Réponse : Quand les jeunes garçons et filles atteignent l'âge de sept ans on leur ordonne de jeûner afin de s'y habituer; et leurs tuteurs doivent le leur ordonner, de même qu’on leur ordonne d’accomplir la prière, et quand ils atteignent la puberté, il leur incombe de jeûner.

S'ils atteignent la puberté pendant le jour, leur jeûne pendant ce jour est accepté; ainsi si un jeune enfant, qui jeûne, devait avoir quinze ans à midi alors ce jour (de jeûne) est accepté de lui. La première partie du jour serait surérogatoire et la deuxième moitié obligatoire, tant qu'il n'a pas encore atteint la puberté, que ce soit par l'apparition de poils pubiens ou l’éjaculation de liquides sexuels. C'est aussi le cas pour la fille, car la règle est la même pour les deux, sauf qu'elle a un signe supplémentaire indiquant qu’elle a atteint la puberté et ce sont ses menstrues.

Shaykh Ibn Baz

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.234, Fatwa n° 178;

Tuhfatul-Ikhwan bi-AjwibahMuhimma tata'allaq bi-Arkan Al-Islam – p.160-161

 

 

Conditions de validité du jeûne de l'enfant


Question : Quelles sont les conditions pour la validité du jeûne d'un enfant? Est-il vrai que la récompense de leur jeûne est pour leurs parents ?

 

Réponse : Il est légiféré aux deux parents, pour habituer leurs enfants au jeûne, de les faire jeûner s'ils sont capables, même s'ils ont moins de dix ans. Et si l’un d'entre eux atteint la puberté, il doit jeûner. Et s'ils jeûnent avant la puberté, alors ils doivent s'abstenir de tout ce qui annule le jeûne, comme pour leurs aînés, et la récompense (pour le jeûne) est pour eux et leurs parents.

Shaykh Ibn Jibrin

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.236, Fatwa n° 180;

Fatawa As-Siyam libni Jibrin – p. 33

 

 

Le jeûne du jeune enfant


Question : Le jeûne est-il obligatoire au jeune (enfant) ?

 

Réponse : Le jeune enfant qui n'a pas atteint la puberté n'est pas obligé de jeûner. Cependant, il doit y être habitué, particulièrement s'il approche de la puberté, afin que le jeûne devienne facile pour lui, contrairement à celui qui commence à la puberté et qui le trouvera difficile. Et il a été confirmé que les compagnons (radiallahu 'anhum) commandaient à leurs enfants de jeûner le jour de 'Ashura. Quand il était obligatoire. Ils disaient : « Si l'enfant dit : « je veux manger », nous lui donnions un jouet pour les distraire de la faim jusqu’à ce que le soleil se couche »

Shaykh Ibn Jibrin

Fatawa Ramadhan - volume 1, p. 236, Fatwa n° 181;

Fatawa As-Siyam libni Jibrin – p. 33

 

 

Mon jeune enfant insiste pour jeûner malgré sa santé faible


Question : Mon jeune enfant insiste pour jeûner pendant Ramadan malgré que cela lui nuise en raison de son jeune âge et de sa santé faible. Puis-je employer la rudesse avec lui pour rompre son jeûne ?

 

Réponse : S'il est jeune et n'a pas atteint la puberté, le jeûne n'est pas obligatoire sur lui. Cependant, s'il est capable de jeûner sans privation alors il doit être éduqué à faire ainsi. Les compagnons (radiallahu 'anhum) habituaient leurs enfants à jeûner, au point que quand un enfant pleurait, ils le distrayaient de sa faim en lui donnant un jouet. Cependant, s'il est établi que le jeûne nuit à l'enfant alors il doit en être empêché; de même qu'Allah nous a interdits (aux parents) de leur donner de l'argent de crainte qu’ils en fassent un usage impropre, alors certainement la crainte qu’un mal ne les atteigne est une raison de plus de les empêcher de jeûner. Cependant, on ne doit pas les empêcher par la force et la rudesse, car certainement cela ne convient pas à leur éducation.

Shaykh Ibn 'Uthaymin

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.237, Fatwa n° 183

Fatawa Shaykh Ibn 'Uthaymin - volume 1, p.493

 

 

Le jeûne de celui qui est sénile à un moment et raisonnable à un autre


Question : Quel est le jugement sur le jeûne de celui qui est parfois raisonnable et parfois non ?

 

Réponse : Le jugement dépend de son état. Ainsi lorsqu’il est éveillé et raisonnable il doit jeûner et lorsqu’il est inconscient ou sénile il n'est pas exigé de lui qu’il jeûne. Supposons qu'il soit sénile un jour et raisonnable le suivant, le jour où il est sénile il n'est pas obligé de jeûner, et le jour où il est raisonnable il doit jeûner.

Shaykh Ibn 'Uthaymin

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.239, Fatwa n° 186;

Fiqh Al-'Ibadat – p.187

 

 

Le père âgé de 70 ans est incapable de jeûner


Question : Mon père a environ 70 ans et depuis 3 ans maintenant, il est atteint d’une maladie, dont je demande à Allah qu’elle soit une miséricorde et une expiation pour ses péchés. De ce fait (la maladie), il est incapable de jeûner, car le jeûne détériore son audition et sa vue. Donc il est incapable de jeûner
Ramadan, informez-nous de ce qui est exigé ?

 

Réponse : Si l’état de votre père est comme vous l’avez exposé, le jeûne de Ramadan n'est pas obligatoire sur lui, plutôt il lui est obligatoire de nourrir un pauvre chaque jour d’une moitié d'un sa' de blé, de datte, de riz, ou de ce qui y ressemble et avec quoi il nourrit sa famille. Ceci est basé sur la Parole d'Allah :

 

« Craignez Allah, donc autant que vous pouvez »[sourate At-Taghabun :16]

 

« Allah n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité » [sourate Al-Baqara : 286]

 

Et tout le succès est en Allah et que les prières et les salutations soient sur notre prophète (salallahu ‘alayhi wa salam), sa famille et ses compagnons.

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.248, Fatwa n° 197;

Fatawa Al-Lajnah Ad-Da.ima lil-Buhuth Al-'Ilmiya wal-Ifta. - Fatwa n° 2689

 

 

Un docteur non-musulman m'a conseillé de ne pas jeûner car c’est nuisible pour ma santé


Question : Le docteur m'a conseillé de ne pas jeûner parce que c'est nuisible pour ma santé. Après avoir rompu mon jeûne pendant 15 jours, il m'est apparu que le docteur n'était pas musulman. Que dois-je faire ?

 

Réponse : Il vous est obligatoire de rattraper les jours que vous n’avez pas jeûné. Vous avez fait une erreur en vous basant sur la parole d'un docteur kafir, parce que sa parole (dans ces questions) n'est pas fiable. Il est obligatoire de consulter un docteur musulman compétent pour cela et d'en d’autres questions islamiques. Et vous devez prendre cela en considération dans l'avenir. Et les docteurs musulmans sont nombreux et la louange est à Allah.

Et Allah est Celui qui accorde le Succès.

Shaykh Ibn Fawzan

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.292, Fatwa n° 236

Fatawa libni Fawzaan, Kitab Ad-Da'wa - volume 1, p.153

 

 

Ne pas jeûner pendant le voyage


Question : Pour quel type de voyage est-il permis de ne pas jeûner ?

 

Réponse : Le voyage pour lequel il est permis de raccourcir la prière et de ne pas jeûner est approximativement de 83 kilomètres. Il y a certains savants qui ne spécifient pas de distance pour le voyage, plutôt tout ce qui est généralement compris comme un voyage parmi les gens constitue un voyage. Le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) raccourcissait la prière s'il voyageait 3 farasikh (pluriel de farsakh). Et pour le voyage interdit, il n'est pas acceptable de raccourcir la prière ou de ne pas jeûner parce qu'un voyage (entrepris) pour (n'importe quel) mauvais acte ne mérite pas une telle permission. Cependant, certains gens de science ne différencient pas entre un voyage (entrepris) pour (accomplir) de mauvais actes ou un voyage dans l'obéissance (à Allah) à cause de la généralité de la preuve.

Et Allah est plus savant.

Shaykh Ibn 'Uthaymin

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.306, Fatwa n°249;

Al-Fatawa Libni 'Uthaymin - Kitab Ad-Da'wa, volume 1, p.179-180

 

 

Ceux que l'on voit ne pas jeûner pendant Ramadan


Question : Quel est le jugement sur quelqu'un que l'on a vu pour ne pas jeûner à
Makkah pendant Ramadan ?

 

Réponse : La présence d'une personne ne jeûnant pas à Makkah n'est pas quelque chose d’étrange, parce qu’à Makkah il y a ceux qui sont voyageurs et ceux qui résident à Makkah.

Quant aux voyageurs, il leur est permis de ne pas jeûner s'ils sont venus pour accomplir une 'Umra et projettent ensuite de retourner dans leur pays. Nous avons (l'exemple du) le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) qui était la personne la plus savante sur Allah et qui Le craignait le plus, quand il a pris Maakkah la 8ème année de l’hégire, le 20ème jour de Ramadan, il est resté à Makkah pour les dix derniers (jours et nuits) de Ramadan et il n'a pas jeûné (ces dix jours).

Ceci est confirmé de lui dans Sahih Al-Bukhari d’après la narration d'Ibn 'Abbas (radiallahu 'anhuma). (Finalement) il (le prophète) est resté à Makkah pendant 19 jours (et nuits) pendant lesquels il a raccourci ses prières (obligatoires quotidiennes), pour (les derniers) dix jours de Ramadan et (les premiers) neuf jours de Shawal.

Ainsi (le fait que) cet homme ne jeûne n'est pas étrange. Et cette question est une question sur laquelle beaucoup de personnes sont ignorantes. Ils supposent que quiconque arrive à Makkah est obligé de jeûner et qu’il n'est pas permis de ne pas jeûner. Et cette supposition est incorrecte, plutôt le voyageur peut choisir de ne pas jeûner jusqu’à ce qu'il retourne dans son pays.

Shaykh Ibn 'Uthaymin

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.376, Fatwa n° 335

Fatawa Shaykh Ibn 'Uthaymin - volume 1, p.491-492

 

 

Se sent extrêmement assoiffé et épuisé au travail pendant le jeûne de Ramadan


Question : Dans notre village il y a un homme qui travaille dans une boulangerie. Il prie et jeûne (le mois de) Ramadan et la louange est à Allah, cependant, il m'a demandé s’il lui était permis de ne pas jeûner pendant Ramadan, gardant à l'esprit qu'il travaille près du feu toute la journée alors qu’il jeûne. C’est pourquoi, il se sent extrêmement assoiffé et épuisé au travail. Pouvez-vous me donner une réponse claire sur cela et qu’Allah vous récompense tous.

 

Réponse : Il n'est pas permis à cet homme de ne pas jeûner (pendant Ramadan), plutôt il lui est obligatoire de jeûner. Le fait, qu'il cuise du pain toute la journée pendant Ramadan n'est pas une raison (acceptable) pour ne pas jeûner. (Donc) il doit travailler selon sa capacité.

Et tout le succès est en Allah et peut les prières et les salutations soient sur notre prophète Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam), sa famille et ses compagnons.

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.382, Fatwa n°341

Fatawa Al-Lajnah Ad-Da.ima lil-Buhuth Al-'Ilmiya wal-Ifta. - Fatwa n° 13489

 

 

15 ans et trop fatigué pour jeûner pendant Ramadan


Question : Quel est le jugement sur un jeune de 15 ans qui ne jeûne pas pendant Ramadan, avec l'excuse qu'il est extrêmement fatigué et n'a pas la capacité d'achever son jeûne. Et s'il devait rattraper le jeûne (qu'il a manqué), lui est-il permis de le faire après que le Ramadan suivant soit passé ?

 

Réponse : Il est haram pour un musulman responsable qui a toutes ses facultés; a atteint la puberté, est résidant (par opposition au voyageur) et est en bonne santé de ne pas jeûner pendant Ramadan. Et si le jeûne devient difficile pour lui et qu’il est contraint de rompre son jeûne, de même si une personne se sentait contrainte de manger de la viande morte (s'il avait faim et qu’aucune autre nourriture n’était disponible, comme s'il était dans le désert, etc), alors il lui est permis de manger une quantité suffisante pour calmer sa faim. Il doit alors continuer à s'abstenir de tout ce qui annule le jeûne pour le reste de la journée, et rattraper ensuite le jeûne après que Ramadan soit passé. S'il retarde cela jusqu'à l'arrivée de Ramadan (suivant), il doit rattraper son jeûne (qu'il a manqué) et nourrir en plus un pauvre pour chaque jour manqué.

Note : Quiconque a 15 ans, a alors atteint la puberté; de même que celui qui a une éjaculation après un désir ou une éjaculation nocturne ou autre que cela, ou s'il remarque des poils pubiens; et le début des menstrues en ce qui concerne la fille.

Et tout le succès est en Allah et que les prières et les salutations soient sur notre prophète Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam), sa famille et ses compagnons.

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.378, Fatwa n°337

Fatawa Al-Lajnah Ad-Da.ima lil-Buhuth Al-'Ilmiya wal-Ifta. - Fatwa n° 6355

 

 

Jeune fille de 13 ans trop faible et frêle pour jeûner pendant Ramadan


Question : Un homme a une fille de 13 ans qui a commencé ses menstrues juste avant le mois de Ramadan. Donc il lui a dit de jeûner. Cependant, parce qu'elle était faible et frêle, le jeûne est devenu difficile pour elle. (Suite à cela) elle n'a pas jeûné la dernière partie du mois parce qu'elle en était incapable. Doit-elle maintenant rattraper le jeûne (qu’elle a manqué) ou en est-elle libérée à cause de son incapacité à jeûner ?

 

Réponse : Puisque cette fille a atteint la puberté juste avant le mois de Ramadan, par la présence d'un des signes de puberté – qui sont le début des menstrues, alors le jeûne est devenu obligatoire pour elle. Donc elle doit rattraper les jours qu’elle n’a pas jeûné parce qu'elle était faible et frêle, et elle n’est pas libérée de ce jeûne, plutôt elle doit jeûner si elle est capable de le faire, comme Allah dit :

 

« Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours » [sourate Al-Baqara : 185]

 

Et tout le succès est en Allah et que les prières et les salutations soient sur notre prophète Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam), sa famille et ses compagnons.

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.388, Fatwa n°345

Fatawa Al-Lajnah Ad-Da.ima lil-Buhuth Al-'Ilmiya wal-Ifta. - Fatwa n° 84

 

 

Les parents disent de ne pas jeûner pendant Ramadan à cause des examens


Question : Les examens sont-ils une raison valable pour ne pas jeûner pendant Ramadan ? Ceci, parce qu’il y a quelques fatawa qui ont circulé parmi nous qui permettent ne de ne pas jeûner pendant Ramadan pour quiconque craint d’être distrait et incapable de se concentrer. Et est-ce qu'il est permis d'obéir (à ses) parents (s'ils vous disent de ne pas jeûner pour les examens) car ils ont entendu parler de ces fatawa ? Pouvez-vous nous donner une réponse aux problèmes qu’ont causé ces
fatawa et qu’Allah vous récompense tous par un bien.

 

Réponse : Les examens scolaires et ce qui est semblable ne sont pas une raison (acceptable) pour ne pas jeûner pendant Ramadan. Et il n'est pas permis d'obéir aux parents en ne jeûnant pas pendant Ramadan, parce qu'il n'y a aucune obéissance à la créature dans la désobéissance au Créateur. Plutôt l'obéissance est dans (tout ce) ce qui est bon, comme il est mentionné dans le hadith authentique du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam).

Et tout le succès est en Allah et que les prières et les salutations soient sur notre prophète Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam), sa famille et ses compagnons.

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.389, Fatwa n°348

Fatawa Al-Lajnah Ad-Da.ima lil-Buhuth Al-'Ilmiya wal-Ifta. - Fatwa n° 9601

 

 

Ne pas jeûner Ramadan à cause des examens


Question : Je suis un étudiant en troisième année au collège d'enseignement général. Les examens de fin d'année vont avoir lieu pendant Ramadan,
insha.-Allah. Comme vous le savez, pendant les jours des examens un étudiant doit être très concentré et travailler durement, en particulier quand les examens ont lieu l'un après l'autre. Je constate que le jeûne nécessite un peu de repos et de sommeil. Donc m’est-il permis de ne pas jeûner pendant les jours d'examen et de rattraper ensuite le jeûne (que j'ai manqué) ?

 

Réponse : Il ne vous est pas permis de ne pas jeûner (pendant Ramadan) pour les raisons que vous avez mentionné, plutôt ceci est haram, car ce que vous avez mentionné n’est pas une excuse (légale) pour ne pas jeûner pendant Ramadan.

Et tout le succès est en Allah et que les prières et les salutations soient sur notre prophète Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam), sa famille et ses compagnons.

Fatawa Ramadhan - volume 1, p.390, Fatwa n°349

Fatawa Al-Lajnah Ad-Da.ima lil-Buhuth Al-'Ilmiya wal-Ifta. - Fatwa n°5454

Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Speciale Ramadân
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 17:13


Shaykh 'Abdullah Ibn Salih Al-Fawzan

 

 

Abû Umama (radiallahu ‘anhu) a rapporté que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Récitez le Qur'an, car en effet il viendra le Jour du Jugement comme un intercesseur pour les siens (ceux qui le lisent, le retiennent et le mettent en application). » [1]

 

Ce hadith indique les vertus de réciter le Qur'an, la grandeur de sa récompense et qu'il intercédera pour ses détenteurs le Jour du Jugement pour leur entrée dans le Paradis.

 

Nawas Ibn Sam'an (radiallahu ‘anhu) a rapporté: « J'ai entendu le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) dire : « Le Qur'an sera amené le Jour du Jugement comme les gens qui le mettaient en application. Sourate Al-Baqara et Al-'Imran s'approcheront alors d'eux. » Le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) les a assimilées à trois exemples, que je n'ai pas oublié ensuite. Il (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Comme s'ils étaient deux nuages ou deux voiles noirs sombres avec de la lumière entre eux deux ou comme deux masses d'oiseaux tendant leurs ailes en l’air, invoquant pour celui qui les a récitées. » [2]

 

'Abdullah Ibn 'Amr (radiallahu ‘anhu) a rapporté que le messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Le jeûne et le Qur'an intercéderont pour le serviteur le Jour du Jugement. Le jeûne dira : « Seigneur, je l'ai éloigné de la nourriture et de la boisson, permets-moi d'intercéder pour lui. » Et le Qur'an dira : « Je l'ai empêché de dormir la nuit, permets-moi d'intercéder pour lui. » Donc on leur permettra d'intercéder. » [3]

 

Donc, il est essentiel pour le jeûneur de beaucoup réciter le Qur'an pendant ces jours bénis et nuits honorables. En effet, il y a une vertu spéciale dans l'abondance des récitation en ces jours, qui n'est pas trouvée un autre mois. Il doit profiter de la noblesse du temps pendant ce mois, dans lequel Allah a révélé le Qur'an.

 

Il y a un mérite spécial à la récitation du Qur'an pendant les nuits de Ramadan. En effet, la nuit met fin aux occupations des affaires quotidiennes, l'enthousiasme est réveillé et le cœur et la langue plus aptes à réfléchir. Et Allah est celui en qui nous cherchons l'aide.

 

Il est rapporté que Jibril (‘alayhi salam) rencontrait le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) chaque nuit de Ramadan et ils étudiaient le Qur'an ensemble. [4] Donc, si faire du dhikr (rappel d'Allah) était meilleur que le Qur'an ou égal à cela (dans ces nuits), ils l'auraient fait tout le temps ou à certains moments alors qu’ils se rencontraient constamment pour cette occasion.

 

Ainsi, ce hadith illustre la préséance d'étudier le Qur'an pendant Ramadan et de se réunir pour cette occasion, de même que de se tourner vers celui qui est plus fort dans sa mémorisation.

 

Les prédécesseurs de cet Umma récitaient constamment le Qur'an pendant Ramadan. Et quand ils jeûnaient, ils s’asseyaient dans les masajid et disaient : « Nous préserverons notre jeûne et ne médiront personne. »

 

Ils récitaient le Qur'an dans leur prière et en dehors. 'Uthman (radiallahu ‘anhu) achevait la récitation du Qur'an une fois par jour. Et certains Salaf l'achevaient pendant leur qiyam de Ramadan en trois nuits. Certains d'entre eux le faisaient en sept jours et d’autres en dix jours.

 

As-Shafi'i achèverait le Qur'an soixante fois pendant Ramadan, en le récitant en dehors de la prière. Al-Aswad récitait tout le Qur'an en deux nuits de Ramadan. Qatada complétait toujours le Qur'an en sept jours. Il le faisait en trois jours pendant Ramadan et pendant les dix derniers jours, il le faisait chaque nuit. Leurs narrations concernant cela sont célèbres.

 

Al-Hafidh Ibn Rajab (rahimahullaah) a dit : « L’interdiction de réciter le Qur'an en moins de trois jours (comme exposé dans un hadith) a seulement été mentionnée en ce qui concerne ce qui doit être fait sur une base normale. Quant aux temps spécifiques qui sont vertueux, comme le mois de Ramadan et particulièrement les nuits dans lesquelles la nuit d'Al-Qadr est cherchée. Ou des lieux vertueux, comme Makkah pour celui qui y vient sans y résider, alors il est recommandé de beaucoup réciter le Qur'an en ces temps et lieux, en cherchant leurs mérites. Ceci est l'avis d'Ahmad, Abu Ishaq et d'autres savants. Et les actions d'autres indiquent ce qui a été exposé précédemment. » [5]

 

La personne récitant le Qur'an doit observer les comportements appropriés à la récitation. Parmi lesquels: faire son intention sincèrement pour Allah, réciter en état de pureté, employer le Siwak et réciter en réfléchissant à sa signification et en étant totalement conscient. Allah dit :

 

« un Livre, que Nous vous avons révélé afin que ses versets soient pesés, afin que les gens doués de compréhension se rappellent. »

 

Aussi, parmi les comportements de la récitation est que l'on n'arrête pas sa récitation pour parler à quelqu'un. En effet, de nombreuses personnes assises pour réciter le Qur'an arrêtent leur récitation et parlent à leurs voisins. Ce n'est pas approprié puisqu'il se détourne de la récitation sans une raison valable.

 

Et celui qui récite doit agir sur le Qur'an, rendre permis son halal et interdire son haram, pour que le Qur'an puisse être une preuve pour lui le Jour du Jugement et intercéder pour lui pour l'entrée aux jardins du bonheur.

 

 

Notes de bas de page :

[1] Sahih Muslim

[2] Rapporté par Muslim (804)

[3] Sahih Musulman (804) [

[4] Al-Bukhari (1/30) et Muslim (2308)

[5] Lata'if-ul-Ma'arif : pg. 102-103

 

Source : Ahadith As-Siyam : Ahkam wa Adab (pg.63-65)
 
 
Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Speciale Ramadân
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 17:09
Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Speciale Ramadân
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 17:01


Shaykh Ibn Bâz


De ‘Abdul ‘Aziz Ibn Baz à celui qui le lira parmi les musulmans, qu’Allah me fasse emprunter, ainsi qu’à eux, le chemin de la foi, et qu’Il m’accorde, ainsi qu’à eux, la compréhension de la Sunna et du Coran. Amîn. Que la paix et la miséricorde d’Allah soient sur vous, ainsi que Sa bénédiction. Ceci dit :


Ceci est conseil concis sur la vertu du jeûne et de la prière de la nuit du mois de Ramadan, et la vertu de s’empresser à accomplir des œuvres pieuses, et un éclaircissement de quelques règles importantes qui pourraient échapper à certaines personnes.


Il a été authentifié du messager d’Allah (salallahu’ alayhi wasalam) qu’il annonçait à ses compagnons la venue du mois de ramadan, et les informait que pendant ce mois étaient ouvertes les portes de la miséricorde et du paradis, que les portes de l’enfer étaient fermées et les diables enchaînés.


Il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Lors de la première nuit de Ramadan, les portes du paradis sont ouvertes et on n’en ferme aucune, et les portes de l’enfer sont fermées et on n’en ouvre aucune, et les diables sont enchaînés. Un héraut appelle : « ô toi qui veut le bien, avance, ô toi qui veut le mal, recule ». Et Allah a des affranchis de l’enfer. Et ceci chaque nuit. »


Et il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Le mois de ramadan vous est venu, mois de bénédiction de laquelle Allah vous couvre pendant celui-ci, la miséricorde descend et les péchés cessent, l’invocation est exaucée. Pendant ce mois, Allah observe votre concurrence dans l’accomplissement des bonnes actions  et s’en vante auprès de Ses anges. Montrez à Allah lequel parmi est le meilleur en bonnes actions, et certes le perdant est celui qui est privé (pendant ce mois) de la miséricorde d’Allah. »


Et il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie les nuits de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie la nuit d’Al-Qadr avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés. »


Et il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Allah Tout Puissant dit : Toute (bonne) action du fils d’Adam est pour lui, elle est multipliée de dix à sept cent fois, sauf le jeûne car Il est à Moi et c’est moi qui le récompense. Il (le jeûneur) abandonne pour Moi son désir et sa nourriture. Le jeûneur a deux joies : l’une lorsqu’il rompt le jeûne, l’autre lorsqu’il rencontre son Seigneur. Et certes, l’haleine du jeûneur est plus agréable auprès d’Allah que l’odeur du musc. »


Et les hadiths sur les vertus de Ramadan, de passer ses nuits en prière et du jeûne sont très nombreux.


Il convient au croyant qu’il profite de cette occasion qu’Allah lui a accordé d’atteindre le mois de Ramadan. Donc, il s’empresse vers l’obéissance, s’éloigne des mauvaises actions et s’efforce d’accomplir ce qu’Allah lui a rendu obligatoire, surtout les cinq prières car elles sont le pilier de l’islam et les obligations les plus importantes après les deux attestations. Il est obligatoire à chaque musulman et musulmane de les préserver et des les accomplir en leurs temps avec recueillement et quiétude.


Et parmi les obligations (de la prière) les plus importantes, pour les hommes, est de les accomplir en congrégation dans les maisons d’Allah, dans lesquelles Allah a permis qu’on évoque Son nom, comme Il dit : « Et accomplissez la prière, et acquittez la Zakât, et inclinez-vous avec ceux qui s’inclinent » [sourate Al-Baqarah : 43]


« Soyez assidus aux prières et surtout la prière médiane; et tenez-vous debout devant Allah, avec humilité »
[sourate Al-Baqarah : 238]


« Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur prière, qui se détournent des futilités, qui s’acquittent de la Zakât, et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], si ce n’est avec leurs épouses ou les esclaves qu’ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs; et qui veillent à la sauvegarde des dépôts confiés à eux et honorent leurs engagements, et qui observent strictement leur prière. Ce sont eux les héritiers, qui hériteront le Paradis pour y demeurer éternellement»
[sourate Al-Mu’minun : 1-11]


Et le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Le pacte entre nous et eux est la prière, celui qui l’abandonne a mécru. »


Et l’obligation la plus importante après la prière est l’acquittement de la zakat, Comme Allah Tout Puissant dit : « Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d’accomplir la prière et d’acquitter la Zakât. Et voilà la religion de droiture » [sourate Al-Bayinah : 5]


 
« Accomplissez la prière, acquittez la Zakât et obéissez au messager, afin que vous ayez la miséricorde » [sourate An-Nur : 56]


Le Livre d’Allah et la Sunna de Son prophète montrent que celui qui ne s’acquitte pas de la zakat sur ses biens sera châtié par cela le Jour de la Résurrection.


Et la chose la plus importante après la prière et la zakat est le jeûne du mois de Ramadan qui est un des cinq piliers de l’islam cités dans la parole du prophète : « L’islam est bâti sur cinq : l’attestation qu’il n’y a de divinité digne d’être adorée qu’Allah et que Muhammad est le messager d’Allah, l’accomplissement de la prière, l’acquittement de la Zakat, le jeûne de Ramadan et le pèlerinage. »


Il est obligatoire au musulman de préserver son jeûne et sa prière de nuit de tout ce qu’Allah lui a interdit comme paroles et actes, car ce qui est visé par le jeûne est l’obéissance à Allah, la glorification de Ses interdits, et le jihad de l’âme contre ses passions dans l’obéissance à Son Maître, afin de la forger à la patience sur ce qu’Allah a interdit. Et le but n’est pas seulement de délaisser la nourriture et la boisson et toute autre chose qui annule le jeûne, ainsi il a été authentifié que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Le jeûne est un bouclier, si l’un de vous jeûne qu’il ne tienne pas de propos obscènes et ne crie pas, et si quelqu’un l’insulte ou l’importune, qu’il dise : Je jeûne. » Et il a été authentifié qu’il a dit : « Celui qui ne laisse pas le mensonge et sa pratique et l’ignorance, Allah n’a pas besoin qu’il laisse sa nourriture et sa boisson. »


On sait d’après ces textes et d’autres que le jeûneur doit prendre garde à tout ce qu’Allah lui a interdit et préserver tout ce qu’Allah lui a rendu obligatoire. De cette façon, on espère pour lui le pardon, l’affranchissement du feu et l’acceptation de son jeûne et de sa prière de nuit.


Et il est des choses qui peuvent échapper à certains, parmi lesquelles :


Il est obligatoire au musulman de jeûner avec foi et espoir en la récompense, non par ostentation, ni par suivi des gens, de sa famille et du pays. Mais il faut que ce qui l’amène au jeûne soit sa foi qu’Allah le lui a rendu obligatoire, et qu’il espère la récompense auprès de son Seigneur pour cela. De même pour la prière de nuit du mois de Ramadan, le musulman doit l’accomplir avec foi et en espérant la récompense de son Seigneur, pas pour une autre raison. C’est pour cela que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie les nuits de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie la nuit d’Al-Qadr avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés. »


Et parmi les règles qui peuvent échapper à certains :


Ce qui peut atteindre le jeûneur comme blessure, saignement de nez, vomissement ou remontée gastrique involontaire…Toutes ces chose n’annulent pas le jeûne, par contre pour celui qui s’est fait vomir cela annule son jeûne, d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Celui qui vomit n’as pas à compenser le jeûne, et celui qui se fait vomir doit compenser le jeûne »


Et parmi ceci : ce qui peut arriver au jeûneur comme retardement du ghusl (grandes ablutions) jusqu’au fajr. Et ce qui peut arriver à certaines comme retardement du ghusl après les menstrues ou les lochies, jusqu’après le lever du fajr. Si la femme voit qu’elle est de nouveau en état de pureté avant le fajr, il lui est obligatoire de jeûner, et il n’y a pas de mal à retarder le ghusl jusqu’à l’arrivée du fajr, mais elle ne doit pas le retarder jusqu’au lever du soleil, au contraire elle doit se purifier et prier avant le lever du soleil. De même pour celui qui est état d’impureté majeure (après un rapport sexuel ou une éjaculation), il ne doit pas retarder le ghusl jusqu’après le lever du soleil, mais il doit se purifier et prier le fajr avant le lever du soleil. Et l’homme doit se presser de le faire afin de pouvoir accomplir la prière du fajr en congrégation.


Et parmi les chose qui n’annulent pas le jeûne : La prise de sang et l’injection non nutritive, mais le fait de le repousser jusqu’à la nuit est prioritaire et meilleur, si cela est possible, d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Laisse ce qui te jette dans le doute pour ce qui ne t’y jette pas. » Et sa parole : « Celui qui délaisse les ambiguïtés  a préservé sa religion et son honneur. »


Et parmi les choses dont le jugement échappe à certains : l’absence de quiétude dans la prière, qu’elle soit obligatoire ou surérogatoire, les hadiths authentiques du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) montrent que la quiétude est un pilier de la prière, sans laquelle la prière n’est pas valide. Et la quiétude est le calme (l’immobilité) dans la prière et le recueillement et l’absence d’empressement, jusqu’à ce que chaque vertèbre revienne à sa place. De nombreuses personnes prient pendant Ramadan la prière du Tarawih sans réfléchir (sur le sens des versets) et sans quiétude, au contraire ils picorent, et la prière accomplie de cette façon est nulle, et celui qui l’accomplit est pécheur et n’est pas récompensé.


Et parmi les choses dont le jugement peut échapper à certains : L’opinion de certains qu’il n’est pas permis de prier moins de vingt raka’at pour tarawih, et l’opinion de certains qu’il n’est pas permis de prier plus que onze ou treize raka’at, et toutes ces opinions sont déplacées, et elles sont une erreur qui contredit les preuves.


Les hadiths authentiques du messager d’Allah montrent qu’il y a une certaine largesse pour la prière de la nuit, il n’y a pas de limite définie qu’il n’est pas permis de dépasser. Au contraire, il a été authentifié que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) priait onze raka’at pendant la nuit, et il a pu en prier moins pendant Ramadan ou en dehors. Lorsqu’il a été interrogé sur la prière de la nuit, il a dit : « Deux par deux, et si l’un d’entre vous craint que le Subh n’arrive qu’il prie une raka’a qui rendra impair ce qu’il a prié. » (Unanimement reconnu authentique)


Et il n’a pas précisé un nombre de raka’at, ni pendant Ramadan ni en dehors, c’est pourquoi les compagnons, à l’époque de ‘Umar, ont parfois prié vingt-trois raka’at, et d’autres fois onze raka’at, tout ceci a été authentifié de ‘Umar et des compagnons à son époque.


Certains Salaf priaient pendant Ramadan trente-six raka’at et en ajoutaient trois pour le witr, d’autres priaient quarante et une raka’at, shaykh Al-islam Ibn Taymiyyah et d’autres ont rapporté ceci des gens de science, et comme il l’a rappelé, il y a une certaine largesse dans cette question, et il a également rappelé qu’il est meilleur pour celui qui allonge la récitation, l’inclination et la prosternation, de réduire le nombre (de raka’at), et pour celui qui raccourci la lecture, l’inclination et la prosternation, d’augmenter le nombre (de raka’at). Et ceci est le sens de sa parole.


Et celui qui médite sur la Sunna verra qu’il est meilleur de prier onze ou treize raka’at, pendant Ramadan ou en dehors, car c’est là que s’est arrêté l’acte du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) la plupart du temps. Et c’est ce qui est moins contraignant pour les musulmans et plus proche du recueillement et de la quiétude. Et il n’y a pas de mal à rajouter (dans le nombre de raka’at), cela  n’est pas détesté, comme il a précédé.


Il est préférable, pour celui qui prie avec l’imam la prière de nuit de ramadan, qu’il ne s’en aille qu’avec l’imam, d’après la parole du prophète : « Si l’homme prie avec l’imam jusqu’à ce qu’il parte, on lui écrit la prière d’une nuit (entière). »


Et il est légiféré à l’ensemble des musulmans de faire des efforts dans les différentes adorations dans ce mois béni parmi les prières surérogatoires, la lecture du Coran avec contemplation et réflexion, l’augmentation dans le Tasbîh (Subhannallah), Tahlîl (La ilaha illallah), Tahmîd (Al-Hamdu lillah), Takbîr (Allah Akbar), la demande du pardon, les invocations légiférées, ordonner le bien, réprouver le mal, appeler à Allah Tout Puissant, aider les pauvres et les indigents, faire des efforts dans l’obéissance aux parents, honorer les liens de parenté, s’occuper de son voisin , visiter le malade, et d’autres choses encore parmi les types de bonnes actions. Ceci d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) citée précédemment : « Pendant ce mois, Allah observe votre concurrence dans l’accomplissement des bonnes actions  et s’en vante auprès de Ses anges. Montrez à Allah lequel parmi est le meilleur en bonnes actions, et certes le perdant est celui qui est privé (pendant ce mois) de la miséricorde d’Allah. » Et d’après ce qu’on rapporte de lui : « Celui qui accomplit (pendant Ramadan) un acte parmi les actes de bien est comme celui qui a accomplit une obligation en dehors (du mois de Ramadan), et celui qui accomplit une obligation est comme celui qui en accomplit soixante-dix en dehors (du mois de Ramadan). » Et sa parole dans le hadith authentique : « Une ‘Umra accomplit pendant Ramadan est comme (la récompense) d’un hajj –ou il a dit- d’un hajj en ma compagnie. »


Et les hadiths et les narrations qui montrent cet empressement et concurrence dans les différents types de bonnes actions pendant ce noble mois sont nombreux.


Nous demandons à Allah qu’Il nous accorde, ainsi qu’à tous les musulmans, tout ce qu’il contient comme agrément, et qu’Il accepte notre jeûne et notre prière, et qu’Il améliore nos situations et nous fasse revenir des égarements des tentations, comme nous Lui demandons, gloire à Lui, qu’il améliore les gouverneurs des musulmans, et qu’Il réunisse leurs paroles sur la vérité, Il est certes Celui qui possède cela et Celui qui en est capable.


Wasalamu alaikoum wa rahmatullahi wa barakatuh


Source : Risâlatân Mawjiztân fi Az-Zakât wa As-Siyâm


Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Speciale Ramadân
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 16:47

 

MARDI 14 AOÛT 2007 S’IL PLAÎT A ALLÂH 
NOUS SERONS LE 1 DU MOIS DE CHA’BÂN !

Hier, nous fêtions les deux fêtes de la rupture du jeûne et celle du sacrifice et voilà qu’aujourd’hui, nous approchons à grands pas vers le mois de Cha’bân pour entrer finalement dans le mois béni de Ramadân ! Le temps passe très vite, notre Seigneur observe parfaitement et ses Anges scribes notent les actions et les paroles de Ses créatures pour être étalées et pesées le Jour des Comptes ! Chers frères et sœurs, nous vous invitons à faire revivre la Sunnah du mois de Cha’bân par le jeûne et les bonnes actions car c’était la pratique de notre Bien-aimé – Prière et Salut d’Allâh sur lui -. Pratiquez cette sunnah et invitez-y vos proches, vos frères et sœurs en Islâm ! Chers frères et sœurs : 

« Celui qui invite les gens à une voie droite (hudâ), aura une récompense équivalente à celle de tous ceux qui l’ont suivie sans toutefois que leur propre récompense n’en soient diminuée. Celui qui invite à un égarement (dalâlah), verra inscrit à son actif un péché équivalent à celui de ceux qui l’ont suivi sans toutefois que leur péché n’en soit diminué. »

(Rapporté par Muslim d’après Abû Hurayrah – l’Agrément d’Allâh sur lui - : N°2674).



Chers frères et sœurs :

- D’après ‘Âichah – l’Agrément d’Allâh sur elle - : « Le Messager d’Allâh – Prière et Salut d’Allâh sur lui - jeûnait au point que nous disions qu’il ne rompait pas et il rompait au point que nous disions qu’il ne jeûnait pas. Je n’ai pas vu le Messager d’Allâh – Prière et Salut d’Allâh sur lui - jeûner un mois entier à part [celui] de Ramadân et je ne l’ai jamais vu jeûner autant comme [celui] de Cha’bân. »

(Rapporté par Al-Bukhârî)



- D’après Abî Salamah – l’Agrément d’Allâh sur lui - : « J’ai questionné ‘Âichah – l’Agrément d’Allâh sur elle - sur le jeûne du Messager d’Allâh – Prière et Salut d’Allâh sur lui -. Elle répondit : « Il jeûnait au point qu’on disait qu’il jeûne [tout le temps] et il rompait au point que nous disions qu’il rompt [tout le temps]. Je ne l’ai jamais vu jeûner un mois entier autant que [celui] de Cha’bân. Il le jeûnait en entier et il le jeûnait un peu [1]. »

(Rapporté par Muslim 1156)



- D’après Ummu Salamah – l’Agrément d’Allâh sur elle - : « Le Prophète – Prière et Salut d’Allâh sur lui - ne jeûnait pas un mois entier (tâmman) dans l’année [2] si ce n’est Cha’bân qu’il joignait à Ramadân. »

(Rapporté par Abû Dâwûd et authentifié par Chaykh Al-Albânî dans le l’ « Authentique de Abî Dâwûd » 2048)



- D’après Ummu Salamah – l’Agrément d’Allâh sur elle - : « Je n’ai jamais vu jeûner le Messager d’Allâh – Prière et Salut d’Allâh sur lui – deux mois consécutifs (mutatâbi’ayn) à part qu’il liait [le mois] de Cha’bân à [celui] de Ramadân. »

(Rapporté par Ahmad 26022, Abû Dâwûd 2336, An-Nasâ î 2175, Ibn Mâdjah 1648)



- D’après Usâmah Ibn Zayd – l’Agrément d’Allâh sur lui - : « J’ai demandé : ô Messager d’Allâh, je ne t’ai pas vu jeûner un mois à part Cha’bân. Il dit :

« C’est un mois que les gens négligent entre [celui] de Radjab et de Ramadân et c’est un mois [au cours duquel] les œuvres (a’mâl) sont élevées au Seigneur des Mondes et [donc,] j’aime bien que mes œuvres soient élevées alors que je jeûne. »

(Rapporté par Ahmad, dans son « Musnad » ainsi que An-Nasâ î et Abû Dâwûd. Il a été authentifié par Ibn Khuzaymah. Ibn Al-Qayyim l’a adopté et il a été rendu « hasan/bon » par Chaykh Al-Albânî dans l’ « Authentique de An-Nasâ î » 2221).



Enfin, nous vous laissons avec cette question posée à Chaykh Ibn Bâz :



Question :

Le frère [aux initiales] ‘A. ‘A. et D de Riyâd dit dans sa question : J’ai lu dans « sahîh al-djâmi’ », le hadîth 397 [de la] vérification du [Chaykh] Al-Albânî et [pour l’] extraction de As-Suyûtî (398) [comme étant] authentique : d’après Abî Hurayrah – l’Agrément d’Allâh sur lui - : « Le Messager d’Allâh – Prière et Salut d’Allâh sur lui - a dit :


« Lorsque Cha’bân arrive à moitié ne jeûnez plus jusqu’à ce qu’arrive Ramadân. »


et il existe un autre hadîth rapporté par As-Suyûtî sous le numéro 8757 [comme étant aussi] authentique et il a été vérifié par [Chaykh] Al-Albânî dans « sahîh al-djâmi’ » sous le numéro 4638 : d’après ‘Âichah – l’Agrément d’Allâh sur elle - qui dit : « Les mois les plus aimés [au Messager d’Allâh] – Prière et Salut d’Allâh sur lui – pour [la pratique du] jeûne étaient Cha’bân qui liait [ensuite] par Ramadân. »


[Ma question est : ] Comment concilier les deux ahâdîth entre eux ? 


Réponse du Noble Chaykh ‘Abdu-l’Azîz Ibn ‘Abd-Allâh Ibn Bâz – rahimahu-llâh- :


Au Nom d’Allâh et [à Lui revient] la louange et puis,


Le Prophète – Prière et Salut d’Allâh sur lui - jeûnait Cha’bân en entier et peut être qu’il l’a aussi jeûné un peu comme cela a été affirmé dans le hadîth de ‘Âichah et de Umm Salamah. Quant au hadîth mentionnant l’interdiction (nahy) de jeûner après la moitié de Cha’bân il est aussi authentique comme l’a dit le frère, l’érudit, le Chaykh Nâsiru-Ddîn Al-Albânî et ce qui est voulu par cette interdiction c’est le commencement (ibtidâ-) du jeûne après la moitié (nisf) quant à celui qui a jeûné une grand partie du mois ou bien le mois complet alors il est sur la Sunnah et Allâh est le Garant de la Réussite.

____________________

[1]

 

et [2] : Chaykh Ibn Bâz (Cf : Rassemblement d’Avis Juridiques 15/416) est d’avis que durant certaines années le Prophète – Prière et Salut d’Allâh sur lui - jeûnait Cha’bân en entier et dans d’autres, il le jeûnait peu mais des savants comme Ibn Hadjar explique que cela ne signifie pas que il le jeûnait complètement comme nous l’entendons mais plutôt en majeure partie (mu’zam) et il a été rapporté par At-Tirmidhî de Ibn Al-Mubârak que dans la langue des Arabes, il est permis (djâ iz), si untel a jeûné une grande partie du mois de dire : il a jeûné le mois entier. De plus, d’après ‘Âichah – l’Agrément d’Allâh sur elle - : « Je n’ai pas connaissance que le Prophète d’Allâh – Prière et Salut d’Allâh sur lui - a lu le Coran en entier en une seule nuit, qu’il a prié jusqu’au matin [sans s’arrêter] ou qu’il a jeûné un mois complet autre que Ramadân. » (Muslim 746) et Al-Bukhârî (1971) et Muslim (1157) ont rapporté : d’après Ibn ‘Abbâs – l’Agrément d’Allâh sur eux deux - : « Le Prophète – Prière et Salut d’Allâh sur lui – n’a pas jeûné un mois dans son entièreté autre que Ramadân. »  
»  

Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Speciale Ramadân
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 15:59

 

1)      Le mois du Ramadan commence lors de l’apparition de la nouvelle lune ou lorsque le mois de Cha’ban arrive à son terme de trente jours.

( Cheikh ibn el Otheymine : fatawa sur le jeûne page 36 )

 

2)      L’intention (la niya) au début du Ramadan suffit pour tout le mois. Par contre lorsque le jeûne est interrompu, par un voyage, une maladie ou autre chose, le jeûneur doit renouveler son intention à cause de cette coupure.

( Cheikh el Otheymine : fatawa sur les piliers de l’islam page 466 ) 

 

3)      Il est préférable pour un voyageur de rompre son jeûne, même s’il est autorisé à jeûner. En effet , il a le choix, car il nous est parvenu que le prophète ( paix et bénédiction sur lui ) faisait l’un ou l’autre. Cependant, si l’on ressent des difficultés à jeûner, il est détestable de continuer son jeûne et l’obligation de le rompre sera plus renforcé.

( Fatawa ibn Baz : tome 5, page 187 )

 

4)      Le jeûne de celui qui ne prie pas ne sera pas accepté. Car celui qui abandonne la prière est considéré comme un mécréant. Il est dit dans le noble Coran { Mais s’ils se repentent, accomplissent la salat et acquittent la zakat, ils deviendront vos frères en religion. } Et le prophète a dit : « La différence entre l’homme ( croyant ), l’associanisme et la mécréance, c’est l’abandon de la prière. »

( Cheikh ibn el Otheymine : fatawa sur le jeûne page 87 )

 

5)      Si le muezzin est connu pour faire l’appel à la prière au moment précis du fajr ( après avoir observer le ciel ), on doit arrêter de manger, lorsque l’on entend l’adhan. Par contre s’il se réfère au calendrier, il est permis de manger lors de l’adhan.

            ( Fatawa ibn Baz : tome 5, page 259 ) 

 

6)      Il n’y a pas de problème dans le fait d’avaler sa salive pendant le jeûne. Par contre la morve et les phlegmes doivent être recrachés s’ils parviennent dans la bouche. Il est interdit de les avaler, car il est possible de s’en débarrasser.

( Fatawa ibn Baz : tome 5, page 251 )

 

7)      Ceux qui n’ont pas les capacités de jeûner pour cause de vieillesse ou de maladies incurables, il leur suffira de nourrir un pauvre pour chaque jour, s’ils en ont les moyens.

( Fatawa Cheikh ibn Baz : tome 5, page 233 )

 

8)      Les saignements de nez ou l’écoulement de sang continuel (métrorragie) pour la femme, n’annulent pas le jeûne. Ceux pour qui le jeûne est annulé, sont les femmes en couche, ainsi que celles qui ont leurs menstrues. Et la saigné (El hijama) fait aussi partie des choses qui annulent le jeûne. En revanche, les analyses sanguines sont permises en cas de besoin.

( Fatawa ibn Baz : tome 5, page 253 )

 

9)      Le jeûne de celui qui vomit volontairement sera annulé.

( Fatawa ibn el Otheymine : tome 1 page 500 )

 

10)  Les bains de bouches n’annulent pas le jeûne à condition de ne pas avaler le produit. Leur utilisation ne doit en revanche l’être qu’en cas de besoin.

( Fatawa ibn el Otheymine : tome 1 page 514 )

 

11)  L’utilisation de kohol ainsi que de gouttes pour les yeux ou les oreilles, n’annulent pas le jeûne.

( Fatawa ibn el Otheymine : tome 1 page 520 )

 

12)  Les piqûres non nourrissantes, n’annulent pas le jeûne. Quelles soient musculaires ou intraveineuses, même s’il en ressent la chaleur à travers sa gorge.

( Rassemblements du mois du ramadan cheikh ibn el Otheymine : page 100 )

 

13)  La femme enceinte et celle qui allaite son bébé, sont considérées comme malades, si le jeûne leurs devient difficile, elles peuvent alors manger pendant le Ramadan et le rattraper dès qu’elles le peuvent.

( Fatawa ibn Baz : tome 5, page 207 )

 

14)  Si les gouttes pour le nez parviennent à l’estomac ou dans la gorge, le jeûne est annulé.

( Fatawa ibn el Otheymine : tome 1, page 520 )

 

15)  Une perfusion qui dispenserait l’homme de se nourriture, annule le jeûne.

( Rassemblements du mois du ramadan cheikh ibn el Otheymine : page 100 )

 

16)  Si un musulman, malade lors du Ramadan, décède pendant sa convalescence après le Ramadan ; on ne doit pas rattraper son jeûne, ni nourrir de pauvres pour lui.

( Fatawa ibn Baz : tome 5, page 239 )

 

17)  Il est autorisé de goûter les aliments en cas de besoin, sur le bout de la langue, à condition de ne pas les avaler.

( Cheikh ibn Jbrine fatawa islamique : tome 2, page 128 )       

    

18)  Si un homme oblige sa femme à avoir des rapports conjugaux pendant le Ramadan,  alors qu’ils jeûnent tous les deux, le jeûne de la femme sera accepté sans aucune expiation. Par contre l’homme aura des péchés et devra rattraper son jeûne avec une œuvre expiatoire : libérer un esclave. S’il ne le peut pas, il devra jeûner deux mois successifs, et s’il ne le peut pas, il devra nourrir soixante pauvres.

( Ibn el Otheymine fatawa islamique : tome 2, page 136 ) 

 

19)  Le jeûne de celui qui éjacule à cause d’un rêve érotique ou une pensée d’ordre sexuelle, n’est pas annulé.

( Fatawa ibn Baz : tome 5, page 243 )            

 

20)  L’écoulement de liquide spermatique n’annule pas le jeûne.

( Fatawa ibn Baz : tome 5, page 245 )

 

21)  Quiconque mange ou boit par inattention, son jeûne est accepté. Mais au moment où il se rappelle qu’il jeûne, il doit immédiatement arrêter de manger et recracher ce qu’il a dans la bouche.

( Fatawa ibn el Otheymine : tome 1, page 527 ) 

 

22)  Le fait de s’abstenir d’utiliser le siwak pendant le jeûne, n’est pas véridique, car le siwak est une sunna.

( Fatawa islamique cheikh ibn el Otheymine : tome 2, page 126 )

23)  L’utilisation de parfum pendant le jeûne est toléré, ainsi que le fait de le sentir en reniflant son odeur. Excepté l’encens, car il contient des propriétés comme la fumée,  risquant de parvenir à l’estomac.

( Fatawa islamique cheikh ibn el Otheymine : tome 2, page 128 )

 

24)  Le sang qui pourrait apparaître entre les gencives, n’a pas d’effet sur le jeûne, mais il est préférable d’éviter de l’avaler. Ainsi que les saignements de nez à condition de faire son possible pour ne pas avaler le sang.

( Fatawa sur les piliers de la foi cheikh ibn el Otheymine : page 476 )

 

Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Speciale Ramadân
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 14:06

 

Shaykh ‘Abdullah ibn Salih Al-Fawzan





Abû Hurayra a rapporté que le messager d'Allah (sallallahu ‘alayhi wasallam) a dit : « Ramadan vous est venu - un mois béni. Allah vous a rendu obligatoire son jeûne. Pendant ce mois, les portes de ciel sont ouvertes, les portes du Feu de l'enfer sont fermées et les mauvais djinns sont enchaînés. À Allah appartient une nuit, qui est meilleur que mille mois. Quiconque est privé de son bien, alors il a été privé (de tout le bien). » [1] 

Le hadith est bonne annonce aux serviteurs pieux d'Allah, de l'arrivée du mois béni de Ramadan. Le prophète (sallallahu ‘alayhi wasallam) a informé ses compagnons de son arrivée et ce n'était pas une simple annonce. Plutôt son intention était de leur donner la bonne annonce d'un temps magnifique de l'année, pour que les gens pieux qui sont prompts à accomplir des actes puissent lui donner ce qui lui est dû. Ceci parce que le prophète (sallallahu ‘alayhi wasallam) a expliqué dans le hadith qu'Allah a préparé pour Ses serviteurs des voies vers l'obtention du pardon et Son agrément et ces voies sont nombreuses. Ainsi celui à qui le pardon échappe pendant le mois de Ramadan a été privé d’une privation extrême.

 

Parmi les grandes faveurs et générosités qu'Allah a accordé à Ses serviteurs est qu'Il a préparé pour eux des occasions méritoires pour qu'elles soient une source de profits pour ceux qui lui obéissent et une course pour ceux qui se précipitent pour rivaliser (dans les bonnes actions). Ces occasions méritoires sont des temps pour accomplir des espoirs en s’exerçant dans l'obéissance et en levant les défauts et manques par l'auto-rectification et le repentir. Il n'y a pas une seule de ces occasions parmi ces temps vertueux, pour laquelle Allah n’ait assigné des adorations, par lesquelles on peut se rapprocher de Lui. Et Allah possède les choses les plus belles comme récompense, qu'Il accorde à qui Il veut, par Sa Grâce et Miséricorde. 


Donc celui qui réalise le vrai bonheur est celui qui profite de ces heures, jours et mois vertueux et se rapproche de Son Seigneur, en faisant ce qui est prescrit parmi les actes d'obéissance.

 

Ainsi, peut-être lui accordera-t-on une des nombreuses bénédictions de ces occasions et qu’il sera aidé par cela, d’une aide qui le sauvera du Feu et de ce qu'il contient, comme sa chaleur. [2]

 

La capacité d'atteindre Ramadan est une générosité magnifique en soi, accordée à celui qui l'atteint et se lève à son occasion, debout dans la prière pendant sa nuit et jeûnant pendant son jour. En cela, il retourne vers son Seigneur- de la désobéissance à l’obéissance, de négligence au rappel, de l’éloignement au retour vers Lui repentant.

 

Le musulman doit prendre conscience de cette générosité et reconnaître son ampleur. En effet, de nombreuses personnes ne peuvent jeûner, parce qu'elles meurent avant qu'elles ne l'atteignent ou parce qu'elles ne sont pas capables d'observer le jeûne ou parce qu'elles le refusent et s'en détournent. Ainsi, celui qui jeûne doit louer son Seigneur pour cette générosité et doit accueillir ce mois avec la joie et le plaisir d’accueillir un temps magnifique de l'année parmi toutes les occasions pour accomplir des actes d'obéissance. Il doit s’exercer profondément à accomplir de bonnes actions. Et il doit invoquer Allah de lui de lui permettre de jeûner et de prier la nuit et qu'Il lui donne le sérieux, l'enthousiasme, la force et l'énergie dans ce mois. Et qu’Il l'éveille de l’insouciance de dormir trop longtemps pour qu'il puisse profiter de ces temps vertueux.



Il est malheureux de constater que de nombreuses personnes ne connaissent pas la valeur de cette occasion vertueuse, ils ne la considèrent pas non plus comme étant sacrée. Donc le mois de Ramadan ne devient plus un temps significatif pour l'obéissance, l'adoration, la récitation de Qur'an, l’aumône et le rappel d'Allah. Plutôt, pour certaines personnes cela devient un temps pour diversifier leur alimentation et boisson et préparer différents types de repas avant que le mois ne commence. Quelques autres ne connaissent Ramadan que comme un mois d'insomnie et de réunions récurrentes, et de sommeil dans la journée. Au point que certains parmi eux dorment pendant les temps des prières obligatoires, ainsi ils ne les prient pas en congrégation ou en leurs temps appropriés. D’autres gens ne connaissent Ramadan que comme un temps pour conduire des affaires de ce bas monde, pas comme un temps pour conduire des affaires pour l'au-delà. Ainsi, ils y travaillent activement, achetant et vendant et restant dans les marchés, abandonnant par conséquent les masajid. Et quand ils prient avec les gens, ils le font de manière hâtive. Ceci parce qu'ils trouvent leur plaisir dans les marchés. Voilà jusqu’où les notions et la manière de voir (Ramadan) ont été changées.

 

Les Salaf avaient l'habitude de dire : « Certes, Allah, le Très-Haut, a fait du mois de Ramadan une compétition pour Ses créatures, dans lequel ils peuvent se concurrencer vers Son agrément, en lui obéissant. Ainsi, un groupe vient en premier et ils prospèrent et un autre groupe vient en dernier et ils échouent. » [3]



Aussi, l'individu ne sait pas si c'est peut-être le dernier Ramadan qu’il verra dans sa vie, s'il l'achève. Combien d'hommes, de femmes et d’enfants ont jeûné avec nous l'année passée et sont maintenant couchés enterrés dans les profondeurs de la terre, selon leurs bonnes actions. Et ils espéraient jeûner beaucoup plus de Ramadan. De même, nous allons tous suivre leur chemin. Donc, le musulman doit se réjouir de cette occasion magnifique pour l'obéissance. Et il ne doit pas y renoncer, mais au lieu de cela s’occuper avec ce qui lui profitera et ce dont les effets resteront. Qu’est-ce qu’est (Ramadan), sinon un nombre de jours (comptés), jeûnés à la suite et qui finissent rapidement.


Qu’Allah nous mette , aussi bien que vous, parmi ceux qui sont les premiers dans la réalisation des bonnes actions.

 

 
Notes de bas de page : 

[1] Ce hadith est rapporté par Ahmad et An-Nasa'i. Voir la vérification d'Ahmad Shakir du Musnad (n°7148) et Sahih At-Targhib wat-Tarhib de shaykh Al-Albani (1490) de même que Tamamul-Manna (395) 
[2] Ceux sont les mots d'Ibn Rajab dans Lata'if-ul-Ma'arif : p. 8 
[3] Lata'if-ul-Ma'arif d'Ibn Rajab : page 246


Source: Ahadith As-Siyam : Ahkam wa Adab (pg. 13-15)

Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Speciale Ramadân
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 11:20


Cheikh Abdel Mouhsin Ibn Hamed El Abâd El Badr



Les effets du jeûne sont immenses et ses répercussions sont bénéfiques. En effet, il y a dans le jeûne une protection comme a dit le Messager d’Allah  : « le jeûne est une protection. » Rapporté par Boukhâry (n°1894) et par Mouslim (n°1151). Il est une protection contre le feu comme dans l’au-delà et une protection contre les désobéissances.


          En effet, le jeûne affaiblit les envies de l’âme, et sa frénésie est alors freinée. Le jeûne s’interpose entre l’âme et ce qu'elle provoque comme malheureuses situations et comme actes interdits, causés par le goût excessif  des biens et des plaisirs de ce monde. A cause de cela, l’âme s’avance dangereusement sur un terrain dont les répercussions sont à craindre dans la vie d’ici-bas et dans l'au-delà.


         C’est pour cette raison que le Prophète salallahou'alayhi wa salam) a dit : « On arrive au Paradis qu'après avoir affronté toutes sortes de difficultés et on arrive en enfer qu'après avoir assouvi toutes sortes de passions » Rapporté par Boukhari (n°6487) et par Mouslim (n°2822) et cette version est celle de Mouslim.


         Le chemin vers le Paradis nécessite la patience pour ne cesser d'obéir à Allah et la patience pour ne pas commettre les désobéissances. Le chemin vers l’Enfer est garni de désirs et de passions. La personne qui s’éloigne de ses passions n'entrera pas en Enfer. Si elle prend l'initiative d'assouvir ses désirs, ces derniers peuvent l’entraîner vers les actes interdits. Seulement, cela sera un plaisir éphémère, et son dénouement s'achèvera en déception, en regret, en honte et en déshonneur dans la vie d’ici-bas et dans l’au-delà.


         On trouve dans le hadith authentique, rapporté par Boukhâry et Mouslim, d’après Omar Ibn Mas’oud la parole du Messager qui dit : « Ô vous les jeunes ! Que celui qui est en mesure de se marier parmi vous, le fasse ! C’est mieux pour le regard et la protection du sexe. Que celui qui ne peut se marier, jeûne alors, car le jeûne lui servira de protection. ».


         Le Prophète a montré que la personne qui a la capacité de se marier doit s'empresser de le faire pour préserver sa personne et préserver les autres. S’il n’en a pas la capacité, il prendra le remède prophétique que le noble Messager nous a prescrit, qui est le jeûne.


         En effet, le jeûne est une sauvegarde et une protection pour que la personne ne tombe pas dans la désobéissance. La raison est que le jeûne provoque l’affaiblissement de l’âme et l’impossibilité d'accomplir les choses qu'elle effectuait pendant les moments d’aisance où elle mangeait et buvait.


         Ce que nous devons retenir : ce noble conseil prophétique donné par notre honorable Messager incite les jeunes à se marier, s’ils en ont la possibilité et la capacité. S’ils ne peuvent pas, qu'ils freinent alors la frénésie de leurs personnes en jeûnant.


         Quand les riches jeûnent, ils ressentent la souffrance que provoque la faim, ils se rendent compte alors qu’Allah les a privilégiés en les rendant riches. A ce moment précis, ils remercient Allah pour ce privilège.


        De même, les riches se rappelleront par le jeûne qu’ils ont des frères qui souffrent de la faim sans jeûner, parce qu’ils n’ont pas trouvé de quoi couper leur faim. Ceci les incitera à être bons envers les démunis et à dépenser pour les dépourvus et les nécessiteux.


Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Speciale Ramadân