Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

.

Ouverture prochaine du site

« True Salaf »

Vous êtes de plus en plus nombreuses a vous connecter  Barak Allahu fikoum !
C’est la raison pour laquelle nous réalisons actuellement le futur site
« www.true-salaf.com »

Inscrivez-vous (à notre newsletter)

Pour être informé !

Qu'Allah nous facilite le chemin vers la vérité et nous aide à la mettre en pratique.

Nombre de visiteurs :

.


« Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allâh et Son messager ont décidé d’une chose, d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. »Coran 33 / 36
 
 

        Nouveau !
Horaire de Prière

 

 

web108.gif Chaque mois :  WWW.CONCOURS-ISLAMIQUE.COM
A gagner : Des livres, Jilbab, gants, Boussole, CD et autres...
.m.
Ajouter true salaf a vos liens
True-Salaf.png
Certains Pieux Prédécesseurs (Salaf Salih) disait :
« Le plus dur des combats que j’ai mené contre mon ego est lorsque j’ai voulu l’obliger à être sincère. »

u

  eclosion.gif True Salaf l'Islam Pur et Authentique eclosion.gif

Chère sœur musulmane ! Le voile n’a d’autre fonction que de te préserver et de te protéger des regards empoisonnés venant des cœurs malades et des chiens humains. Il t’est un rempart aux appétits féroces. Tu dois t’y attacher, et ne pas te tourner vers ces revendications pour le moins tendancieuses dont les aspirations sont de combattre le voile en cherchant à le dénigrer. Leurs partisans ne te veulent aucun bien comme le Seigneur le révèle :

"Ceux qui suivent leurs passions voudraient profondément que vous succombiez". (4: 27) 
 

 

 

3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 20:26
DVD Les règles du Mariage Mohamed Salah Loheyden   
marc1.gif Section lecture



webmaster-348.gif La bonne compagnie entre les deux époux

webmaster-348.gif Les devoirs de l'epouse

webmaster-348.gif La jalousie entre époux

webmaster-348.gif La jalousie

webmaster-348.gif
Les causes et les remèdes aux problèmes de couple



marc1.gif Section audio

(Pour télécharger un cours, faites un clique droit, puis "Enregistrer la cible sous...")


" Les problèmes conjugaux "
 

eclair-1.jpg

Shaykh Saalih as Sindî est diplomé d'un doctorat et professeur a l'université de Médine à la faculté de hadith.

(le cours se divise en 2 la partie du shaykh et la traduction)

Download problmes_familiaux_ar.mp3  (le cours en arabe) 





 
" L'art et la manière de concilier ou de réconcilier en islâm "


derniererose.jpg


Avec une traduction simultanée du frère 'Amar qu'Allah le protège.

shaykh Sâlih est titulaire d'un doctorat en 'aqîdah (dogme islamique) et professeur à l'université islâmique de Médine.
 

dars.mp3   (le cours en arabe)

traduction.mp3   (la traduction)   

questions-reponses.mp3  (les questions réponses)

 



"L'ornement précieux des époux vertueux"


 
Cette série de cours donnés par notre frère Abdelmalik Abou Adam concerne la famille musulmane. Cette famille est fondée sur des relations empreintes d'amour et de respect. C'est à la fois des sentiments sincères et respectueux envers les parents, des relations tendres entre époux, une affection profonde envers les enfants. Abou Adam tentera au fil des conférences d’éclaircir les relations entre époux qui reposent sur la tendresse et l'entraide et la valeur du mariage. Aussi, il démontrera que le bon comportement des parents détermine le développement psychologique harmonieux de l'enfant dès sa naissance. L'un des devoirs des parents est d'assurer l'éducation des enfants ; la famille est la structure primaire où l'enfant, adulte de demain, va se développer et s'épanouir. Des bases solides d'éducation, un environnement prévenant et affectueux ne peuvent qu'aider un esprit jeune et avide comme l'est celui d'un enfant à atteindre sa pleine maturité. Bonne écoute et faites-le en famille…





Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Relation conjugale
3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 11:18


Cheikh Salaah Al-Boudéïr

Vendredi 11/5/1424 (11/7/2003)




O Musulmans !

Craignez Allah et obéissez-Lui, car la crainte d’Allah est le meilleur gain et son obéissance est la descendance la plus élevée :

{O Hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement**.

O Musulmans !

Allah (qu'il soit exalté), par sa sagesse et ce qu’il a mis dans la création de l’univers parmi les choses étonnantes qui montrent Sa puissance, a créé l’homme enclin à la tranquillité et à la stabilité, et il a placé dans l’origine de sa création le besoin et la


nécessité à cela. Et il lui a donné, par Sa miséricorde et Sa grâce, une épouse provenant de lui-même afin qu’il trouve la tranquillité (le repos) auprès d’elle et qu’il soit lié avec elle, car l’homme est plus penchée et plus attiré vers son origine :

{Et parmi ses signes, Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent**.

O Musulmans !

Le lien conjugal est un lien très important, il est fait avec l’envie et le choix ; il est signé avec l’expérience, en interrogeant, et avec altruisme ; son contrat est ordonné dans la religion et est préférable laïquement et naturellement ; et la famille est la première brique pour la construction des sociétés, lorsqu’elle est pieuse, les conditions de la société sont bonnes, mais lorsqu’elle est corrompue, les mœurs et les caractères sont corrompus. Ses deux piliers et ses deux dirigeants sont un mari et une épouse ; ils sont unis par le sentiment d’affection, la loyauté, l’amitié, la pureté, la tendresse, la douceur, l’entente, l’accord, la politesse, les bonnes qualités sous un même toit dans une vie agréable et une relation plaisante.

Et nous trouvons dans le Livre d’Allah et la Sounnah de Son messager (qu'Allah prie sur lui et le salue) la réforme complète et la justice générale qui confirment ce lien (conjugal), donc il n’est pas ébréché, et qui serrent ses liens, donc il n’est pas percé.

O Musulmans !

La cause de l’abondance des problèmes, de l’aggravation des désaccords, de l’apparition des litiges, de la propagation des divorces et des séparations pour des raisons futiles, est la négligence de la connaissance des lois de la religion et des manières de vivre la vie conjugale, et ce que la responsabilité familiale renferme.

Car comment la famille peut-elle être dans le bonheur et la sérénité alors que le mari prononce des propos obscènes et traite son épouse durement ; lorsqu’il se fâche, il est couvert d’ampoules, il bouillonne de colère, et il a le visage sombre ; il n’aime que lui-même, son bien est fermé et son mal est envoyé ; il est avare, son visage est renfrogné, sa relation est mauvaise ; il dit de mauvaises paroles qui provoquent une blessure qui ne se cicatrise pas et une migraine qui ne finit pas, et qui laissent la femme fatiguée, démoralisée et désemparée entre deux choix amères soit la demande de divorce ou la patience.

Et lorsque certains époux détestent leurs épouses, ils les fatiguent, ils les affaiblissent, ils sont injustes envers elles, ils mangent leur argent, ils leur interdisent leur droit, ils ne leur donnent pas d’argent, et il se peut même qu’ils prennent leur enfant alors qu’il est sous leur garde et leur protection, ils les laissent prisonnières de la tristesse et souffrantes des tourments de l’affliction. Donc, où est la bienfaisance, ô gens du Coran ?

O Musulmans !

Comment la famille peut-elle être connaître le bonheur et la sérénité alors que la femme ne fait que sortir de chez elle, bavarde beaucoup, plaisante beaucoup, accuse et maudit beaucoup, elle ne répond pas à la droiture, n’accepte pas de vivre avec le strict nécessaire, elle gémit lorsqu’on lui demande de faire une chose par paresse et opposition (désaccord), elle n’accepte pas que l’on s’oppose à son ordre, elle est négligente, gaspille et abuse, elle dort et critique beaucoup, elle ne se fait pas belle pour son mari, elle est laide et sent mauvais, elle annule les droits (de son mari) en pleurant, elle oublie les mérites et renie les bonnes choses, et elle augmente les explications et les argumentations ; le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(J’ai regardé dans l’enfer et j’ai vu que les femmes sont les habitants de l’enfer les plus nombreux). Quelqu’un dit :

-“Pourquoi, O Messager d’Allah ?”. Il dit :

(Elles renient leurs époux, ainsi que la bienfaisance, si tu est bienfaisant envers une d’entre elles toute ta vie, puis elle voit en toi un défaut, elle dira : « Je n’ai jamais vu aucun bien de toi) rapporté par Al-Boukhari.

Chers époux !

Craignez Allah dans votre vie conjugale, accomplissez vos droits et ne la détruisez pas en manquant à vos devoirs ; que chacun d’entre vous accomplisse ce qu’Allah lui a ordonné envers son conjoint et l’associé de sa vie, et soumettez-vous aux textes du Coran et de la Sounnah et à la logique de la raison avant que la discorde ne vous domine et que le divorce et la séparation se produisent, et avant que l’un d’entre vous ne mange ses mains à cause du regret, ne morde ses doigts, n’arrache ses cheveux, et ne se mâche les lèvres ; et prenez pour juge la parole du Seigneur (le Puissant et le très Haut) :

{Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles**.

Et le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Vous avez un droit sur vos femmes et vos femmes ont un droit sur vous) rapporté par Tirmidhi et d’autres.

O Musulmans !

Quiconque recherche un compagnon (ou une compagne) pour la vie qui est exempt des erreurs, qui ne commet pas de fautes, recherche alors une chose difficile et demande une deion prodigieuse (miraculeuse), le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Un croyant ne doit pas haïr une croyante, s’il déteste un de ses comportements, il sera satisfait d’un autre comportement) rapporté par Mouslim.

Et il a dit (que les bénédictions et les salutations d’Allah soient sur lui) :

(Toute femme qui demande le divorce à son mari sans raison valable, l’odeur du Paradis lui est interdite) rapporté par Ahmed.

O Femme musulmane et épouse croyante !

Sois pour ton mari une terre, il sera pour toi un ciel ; sois pour lui un lit, il sera pour toi une colonne (un pilier) ; sois pour lui une servante, il sera pour toi un esclave ; veilles à l’heure de son repas et sois calme lorsqu’il veut dormir car l’amertume de la faim est inflammatoire et le trouble du sommeil est irritant.

Vis avec lui en étant satisfaite de votre subsistance et en lui obéissant ; ne dévoile pas son secret et ne désobéis pas à son ordre ; méfis-toi de la négligence ; évite les causes du chagrin ; ne jeûne pas volontairement alors que ton mari est présent sans sa permission ; ne fais pas entrer chez lui une personne qu’il déteste sauf avec sa permission ; et saches que plus tu le respecteras, plus il sera généreux envers toi ; ne t’éloignes pas de lui car il t’oublierait ; fais des efforts dans l’accomplissement de ce qu’il désire ; sois attirante pour lui selon les règles de la religion ; et lorsqu’il t’appelle pour la satisfaction de son besoin, réalise ce qu’il désire et répond à son appel ; le messager de la guidée (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Lorsque l’homme appelle son épouse à son lit et qu’elle refuse de venir, et qu'il passe la nuit en colère contre elle, les anges la maudissent jusqu’au matin) rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

Occupe-toi de lui de bon gré car en t’occupant de lui, l’affection se renforce et l’amour augmente ; et qu’Asma la fille d’Abou Bakr le véridique (qu’Allah soit satisfait d’elle et de son père) soit un bon exemple et un modèle pour toi, elle a dit (qu'Allah soit satisfait d'elle) :

-« Az-Zoubéïr s’est marié avec moi alors qu’il ne possédait pas de terre ni d’esclaves, il n’avait rien sauf un aspersoir et son cheval. Je donnais à manger à son cheval, j’allais chercher l’eau, et je faisais la pâte pour le pain, et je ne le faisais très bien, donc, une de mes voisines parmi les Ansars faisait la pâte pour moi, et nous étions des femmes loyales. Et je transportais sur ma tête les noyaux de datte de la terre d’Az-Zoubéïr que le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) lui avait donné, alors qu’elle se trouvait à une distance de trois lieues » rapporté par Al-Boukhari.

Ali ibn Abi Taleb (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit en décrivant ce que faisait sa femme Fatimah la fille du messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) et (qu'Allah soit satisfait d'elle) :

-« Elle tira le moulin jusqu’à les traces apparurent sur ses mains, elle allait chercher de l’eau avec l’outre jusqu’à ce que les traces apparurent sur son cou, elle s’occupait de la maison jusqu’à ce que ses habits se salirent, et elle allumait le feu sous la marmite jusqu’à ce que ses habits devinrent noires » rapporté par Abou Daawoud.

Et la parole du véridique (qu'Allah prie sur lui et le salue) suffit à la femme comme bonheur et bonne nouvelle :

(Toute femme qui meurt alors que son mari est satisfait d’elle, entrera au Paradis) rapporté par Tirmidhi.

Et sa parole (que les bénédictions et les salutations d’Allah soient sur lui) :

(Si la femme prie ses cinq prières, jeûne son mois, protége son sexe, et obéit à son mari, on lui dira : « Entre au Paradis par n’importe quelle porte parmi les portes du Paradis que tu veux ») rapporté par Ibn Hibbane.

O Cher Mari !

Crains Allah en ce qui concerne ta femme ; ne la charge pas de ce qu’elle ne peut pas accomplir ; aide-la dans les difficultés et sois compatissant envers elle lorsqu’elle est fatiguée ; traite-la avec bonté lorsqu’elle est malade ; et occupe-toi bien d’elle lors de sa grossesse, de l’accouchement et de l’allaitement ; et remercie-la, tu la trouveras bienfaisante et de bonne humeur. Et saches que ta prédominance ne signifie pas la contrainte, la suprématie, l’assujettissement et le mépris, mais au contraire c’est une prédominance qui préserve son honneur et qui rend obligatoire son enseignement, son éducation, et la préservation de sa chasteté. Et que ton souci principal ne soit pas le fait de surveiller ses erreurs et de compter ses défauts, n’exagère pas dans le fait de penser du mal d’elle sans avoir de soupçon (de doute) ; ne laisse pas ce qui concerne la négligence de la religion et de la morale ; et méfis-toi d’un doute qui tue et d’une mauvaise pensée qui détruit, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Il y a deux jalousies, une qu’Allah aime et l’autre qu’Allah déteste ; la jalousie dans le doute, Allah l’aime ; et la jalousie dans autre que doute, Allah la déteste) rapporté par Ahmed.

O Cher Mari !

Ne fais pas beaucoup de reproches car elles engendrent la rancune, n’interdit pas à ta femme ton assistance car elle s’ennuierait de ta présence, elle détesterait vivre avec toi, et elle trouverait que ta mort est lente à venir, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Le fait que l’homme néglige ceux dont il a la charge, lui suffit comme péché) rapporté par Abou Daawoud.

Sois généreux, car celui qui est généreux, dirige, et celui qui diminue, augmente ; et il n’y a pas de bien dans le gaspillage, ni de gaspillage dans le bien ; nourrissez-les et habillez-les :

{Et faites que ces femmes habitent où vous habitez, et suivant vos moyens. Et ne cherchez pas à leur nuire en les contraignant à vivre à l’étroit**.

{Que celui qui est aisé dépense de sa fortune ; et que celui dont les biens sont restreints dépense selon ce qu’Allah lui a accordé. Allah n’impose à personne que selon ce qu’Il lui a donné, et Allah fera succéder l’aisance à la gêne**.

Et le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Craignez Allah en ce qui concerne les femmes, car vous les avez prises avec le dépôt d’Allah, et vous avez rendu licite leurs sexes avec la parole d’Allah, et vous devez les nourrir et les habiller d’une manière convenable) rapporté par Mouslim.

Et le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Lorsque l’homme dépense pour sa femme en espérant recevoir la récompense d’Allah, cette dépense sera alors une aumône pour lui) rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

O Musulmans !

La meilleure des créatures (qu'Allah prie sur lui et le salue) était une bonne compagnie, il était toujours souriant avec ses femmes, il était affectueux avec elles, il les faisait rire, et il jouait avec elles ; il a dit :

(Le meilleur d’entre vous est celui qui est le meilleur avec sa famille et je suis le meilleur d’entre vous avec ma famille).

Et il a dit (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

(Le croyant qui a la foi la plus complète est celui qui a les meilleures qualités, et le meilleur d’entre vous est celui qui est le meilleur envers ses femmes) rapporté par Al-Boukhari.

Et il a dit (qu'Allah prie sur lui et le salue) en exhortant et en ordonnant :

(Soyez bons envers les femmes) rapporté par Al-Boukhari.

O Epoux !

Ne dépassez pas ce qu’Allah vous a prescrit concernant le fait de frapper sans que ce soit trop douloureux lorsque la femme est rebelle à son mari en commettant ce qu’Allah vous a interdit comme les coups terribles, l’agression affligeante, et les coups de fouet effrayants, car ses conséquences sont fâcheuses et ses méfaits sont graves ; et dans le recueil de hadiths authentiques d’Al-Boukhari, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Qu’aucun d’entre vous ne fouette sa femme comme l’on fouette un esclave, puis il a des rapports sexuels avec elle à la fin de la journée).

Certains hommes dépassèrent la mesure à l’époque du messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue), alors les femmes vinrent chez les femmes du messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) pour se plaindre des coups de leurs maris ; le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) dit alors :

(Beaucoup de femmes sont venues chez la famille de Mohammed pour se plaindre de leurs maris ; ceux-là ne sont pas les meilleurs d’entre vous) rapporté par Abou Daawoud.

Selon Mou’âwiyah ibn haïdah (qu'Allah soit satisfait de lui) le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Ne frappe pas le visage, et n’enlaidis pas) rapporté par Ahmed.

Donc, malheur à l’injuste le jour où les injustes seront jugés.

O Epoux !

Passer la nuit en dehors de la maison provoque l’anxiété et l’insomnie, trouble la vie de l’épouse, ébranle sa stabilité, et à cause de cela, les enfants sont dans la perdition et en proie aux monstres de l’obscurité et aux tentations de cette époque ; donc, faites attention à cette veille la nuit et évitez cela.

O Musulmans !

L’apparition des péchés, des désobéissances, et la propagation des actions illicites dans beaucoup de maisons sont les causes les plus importantes de leur dégradation et de leur destruction. Et le malheur et la discorde se sont répandus, la jalousie est apparue, et le feu du doute (des soupçons) et de la confusion s’est allumé entre beaucoup d’époux à cause des chaînes télévisées par satellite, de leur danger et leur mal, car lorsqu’il vit d’autres femmes qu’elles et qu’elle vit d’autres hommes que lui, il l’évita et elle s’éloigna de lui :

{Et Allah ne fut injuste envers eux, mais ils furent injustes envers eux-mêmes**.

Donc, craignez Allah, serviteurs d’Allah, et purifiez vos maisons de ce qui provoque la malédiction et l’éloignement d’Allah :

{Dis : « En vérité, Allah égare qui Il veut ; et Il guide vers Lui celui qui se repent**.

O Musulmans !

Que la femme soit une éducatrice de génération en ayant un bon caractère, en

étant affectueuse et intelligente ; et que l’homme soit un chef de famille en étant fort, en réfléchissant bien, et en s’occupant bien des affaires de sa famille.

Et que les deux mènent une vie honorable en s’accrochant à la religion, en accomplissant les obligations, en évitant les choses interdites, en s’entraidant à l’accomplissement du bien et de la piété, et :

(Qu’Allah fasse miséricorde à un homme qui s’est réveillé la nuit et a prié, puis a réveillé sa femme qui a prié ; et si elle refuse, il jette un peu d’eau sur son visage ; et qu’Allah fasse miséricorde à une femme qui s’est réveillée la nuit et a prié, puis elle a réveillé son mari qui a prié ; et s’il refuse, elle jette un peu d’eau sur son visage).

{Ceux qui auront cru et que leurs descendants auront suivi dans la foi, Nous ferons que leurs descendants les rejoignent. Et Nous ne diminuerons en rien le mérite de leurs œuvres, chacun étant tenu responsable de ce qu’il aura acquis**.



Deuxième sermon


O Musulmans !

Craignez Allah, sachez qu’Il vous surveille, obéissez-Lui et ne Lui désobéissez pas :

{O vous qui avez cru ! Craignez Allah et soyez avec les véridiques**.

O Musulmans !

La justice engendre l’entente et incite à l’obéissance ; et avec la justice et l’équité, l’amour et l’accord dure longtemps ; et l’oppresseur n’a pas de voisin et aucune maison ne lui sera construite.

O vous qui avez plusieurs femmes !

Craignez Allah et soyez justes envers vos épouses, soyez justes envers elles dans leurs demeures, leur habillement, leur nourriture, les dépenses faites pour elles, et les nuits passées avec elles.

Méfiez-vous de l’oppression et de l’injustice car ils font partie des causes du châtiment et de ce qui provoque la punition, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Lorsqu’un homme a deux femmes, et qu’il n’est pas équitable envers elles, il viendra le jour du jugement en ayant son flanc qui penche) rapporté par Ahmed.

(Lorsque le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) voulait voyager, il tirait au sort entre ses femmes, celle dont le nom sortait, voyageait avec lui) rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

Et il partageait entre ses femmes et était équitable envers elles, il disait :

(O Mon Seigneur ! Ceci est mon partage dans ce que je possède ; donc, ne me blâme pas pour ce que Tu possèdes et que je ne possède pas - c’est-à-dire le cœur -) rapporté par Abou Daawoud.

Soyez équitables envers elles, et prenez en considération ce qui arrive entre elles à cause de la jalousie qu’elles ne peuvent repousser, ni enlever et empêcher.

Une jalousie qui change le cœur et le caractère, qui provoque la colère et change la situation ; selon Hasbarah qui rapporte d’Aïcha (qu'Allah soit satisfait d'elle) qui a dit :

-« Je n’ai jamais vu une cuisinière comme Safiah ; elle donna au prophète en cadeau un récipient contenant de la nourriture, et je ne pus pas me maîtriser de le casser. Je dis alors : « O Messager d’Allah ! Comment puis-je expier cet acte ? ». Il dit :

(Un récipient comme ce récipient, et une nourriture comme cette nourriture) rapporté par Ahmed.

Et Aïcha (qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(La femme qui est jalouse ne fait pas la différence entre le bas et le haut de la vallée) rapporté par Abou Yâala.

Donc, agissez avec raison et sagesse, et méfiez-vous de la mauvaise parole, du mauvais compagnon et de la mauvaise action ; et repentez-vous tous à Allah, ô vous qui avez cru, peut-être remporterez-vous le succès.






Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Relation conjugale
2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 20:56


Dieu (le Très-Haut) a dit : {Ne convoitez pas les biens par lesquels Dieu vous a élevés les uns au-dessus des autres} (4/32)


Selon Abou Hourayra (que Dieu l'agrée), le Prophète(paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Méfiez-vous de l'envie car l'envie mange les bonnes actions comme le feu mange le bois (ou l'herbe)". (Abou dâwoûd)



Abou Hourayra (que Dieu l'agrée) a rapporté que le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Ne vous jalousez point les uns les autres".


Al-Ahnaf Ibn Qays a dit : "Le jaloux n'aura jamais de quiétude, l'avare ne sera jamais loyal, un impatient ne sera jamais un ami, on ne comptera plus sur un menteur, un traître n'est jamais un conseiller, et un homme de mauvais caractère ne règne pas».


Al-Hassan Al-Basri dit : "Ô fils d'Adam! Pourquoi envies-tu ton frère? Les bienfaits que Dieu lui a accordés sont les signes de Sa générosité; pourquoi envies-tu celui que Dieu Très-Haut a honoré? Si son état était autrement tu n'envierais pas celui qui serait destiné au feu!».


Ac-Cha'rawi dit : "La jalousie est incompatible avec la foi car elle traduit une insatisfaction vis-à-vis de ce que Dieu a alloué à chacun comme biens et une insatisfaction vis-à-vis des décrets divins en général. Nous ne devons pas envier les gens concernant leurs biens matériels car Dieu nous a accordé, de par Sa Bénédiction, le pouvoir de vivre avec peu de ressources. D'autre part, Dieu peut faire vivre le pauvre dans la sérénité alors que le riche vivra dans un stress permanent. Dieu attire notre attention sur le fait que nous ne devons pas regretter les choses qui nous échappent, car celles-ci peuvent contenir un mal dont Dieu a voulu nous préserver".


Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Relation conjugale
22 novembre 2000 3 22 /11 /novembre /2000 17:58


Umm Salamah
(Epouse de Shaykh Muqbil Al-Wâdi’yy)

 


Al-Hâfidh ibn Hajar rapporte qu’Al-Qâdhî ‘Iyad et d’autres ont dit : « La jalousie (ghîrah) vient de la l’altération de l’état du cœur mélangé à de la colère, en raison d’un partage de ce qui doit être exclusif. Le summum de ce type de jalousie est atteint entre les époux, ceci en ce qui concerne la jalousie vis-à-vis de l’être humain. Vis-à-vis d’Allah, Al-Khattâbî a dit : « La meilleure explication qui ait été donnée est rapportée dans le hadith d’Abû Hurayrah. »

 

La hadith en question est le suivant : Le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam)  a dit : « Allah est jaloux, et Sa jalousie est suscitée lorsque le croyant fait ce qu’Allah a interdit. »

 

Le sens de la jalousie [de l’époux envers l’épouse] est qu’il la protège de discuter avec des étrangers ou de se montrer devant eux. Et le sens n’est nullement qu’il l’accuse dans sa religion et son honneur et l’épie. Et nous avons dans le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam)  et les Compagnons un excellent modèle. Voici quelques exemples de leur jalousie :

 

Al-Mughîrah rapporte que Sacd ibn cUbâdah a dit : « Si je voyais un homme avec mon épouse, je le trancherais d’un coup d’épée. » On rapporta cela au Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) qui dit : « La jalousie de Sacd vous étonne-t-elle ? Je suis plus jaloux que lui et Allah est plus jaloux que moi. Et si vous saviez ce que je sais, vous ririez peu et pleureriez beaucoup. » (Al-Bukhârî)

 

cÂ’ishah rapporte que le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Ô communauté de Muhammad ! Personne n’est plus jaloux qu’Allah lorsqu’Il voit Son serviteur ou sa servante forniquer. Ô communauté de Muhammad ! » (Al-Bukhârî)

 

Asmâ bint Abî Bakr rapporte : « Az-Zubayr m’a épousé alors qu’il n’avait sur terre, ni biens, ni esclave, ni rien du tout si ce n’est sa bête de somme et son cheval. Je m’occupais de donner du fourrage à son cheval, de le faire boire, de raccommoder les outres et je pétrissais le pain. Mais je ne faisais pas bien le pain, c’est pourquoi une de mes voisines des Ansârs le faisait pour moi, et elles étaient des femmes de bien. Je ramenais des noyaux du champ de Az-Zubayr — que le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) lui avait donné — en les portant sur ma tête, et le champ était distant d’environ trois lieues. Un jour, alors que les noyaux étaient sur ma tête, j’ai rencontré le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) avec un groupe de Ansârs, il m’a appelé puis m’a dit : « Grimpe, grimpe ! » afin de me placer derrière lui (sur sa monture). J’ai eu honte de marcher avec les hommes et je me suis souvenu de la jalousie de Az-Zubayr qui était le plus jaloux des hommes. Le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) vit que j’étais gênée et il s’en alla. Je me rendis alors chez Az-Zubayr et je lui dis : « J’ai rencontré le Prophète alors que je portais les noyaux sur ma tête, et il était avec un groupe de Ansârs. Il a fait agenouiller sa monture pour que je monte, mais j’étais gênée devant lui et me suis souvenu de ta jalousie. » Az-Zubayr dit : « Par Allah ! Le fait que tu portes les noyaux m’est plus pénible que le fait que tu sois montée avec lui. » Par la suite, Abû Bakr m’envoya un servant qui me déchargea de cette tâche, et c’était comme s’il m’avait affranchie. » (Al-Bukhârî)

 

Jâbir ibn cAbd Allah rapporte : « Le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam)  a dit : « Je suis entré au Paradis et j’y ai vu un château, je demandai : A qui est ce château ? On me dit : « Il est à cUmar. » Je voulus y pénétrer mais je me suis souvenu de la jalousie de cUmar. » cUmar ibn Al-Khattâb dit : « Ô Messager d’Allah, que mes parents soient sacrifiés pour toi, ô Prophète d’Allah, comment pourrais-je être jaloux contre toi ! » (Al-Bukhârî)

 

Abû Hurayrah rapporte : « Alors que nous étions assis avec le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam), celui-ci dit : « Alors que je dormais, je me suis vu au Paradis, et une femme faisait ses ablutions près d’un château. Je demandai : « A qui est-ce ? » On me dit : « C’est à cUmar. » Je me suis alors souvenu de la jalousie de cUmar et j’ai rebroussé chemin. » cUmar pleura et dit : « Ô Messager d’Allah ! Comment pourrais-je être jaloux contre toi ! »

 

C’est une marque de jalousie imposée par Allah que d’empêcher son épouse de dévoiler sa beauté à d’autres que ses proches (Mahârims qui sont les hommes que la femme ne peut définitivement pas épouser comme son père, son frère, son oncle, son beau-père, les fils de son mari…, comme le fait de se dévoiler devant les frères de l’époux et d’autres encore.

 

cUqbah ibn cÂmir rapporte que le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Prenez garde à ne pas entrer chez les femmes ! » Un homme parmi les Ansârs dit : « « Ô Messager d’Allah, même pour le Hamû ? » Il dit : « Le Hamû c’est la mort ! » (Al-Bukhârî et Muslim)

 

L’imam An-Nawawî a dit : « Al-Hamû désigne les proches du mari autres que son père et ses enfants qui sont des Mahârim pour l’épouse et il leur est permis de rester seuls avec elle. Ceux-là ne sont pas de ceux que le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a comparés à la mort. La comparaison concerne plutôt les frères de l’époux, ses neveux, ses oncles et les enfants de ces derniers, et d’autres parmi ceux qui ne sont pas des Mahârims. Les gens sont très négligents sur cette question et il arrive que l’épouse reste seule avec le frère de son mari alors que le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) l’a comparé à la mort et qu’il doit être le premier à qui l’on doit empêcher de voir son épouse parmi les étrangers. » (Sharh Muslim (14/378))

 

C’est une marque de jalousie imposée par Allah [à tous] que de ne pas exposer l’épouse aux tentations, en restant longtemps absent ou en introduisant chez soi ce qu’Allah a interdit comme la télévision et d’autres choses encore, et qu’il ne la pousse pas à sortir trop souvent au marché et ailleurs.

 

Allah dit : « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah leur accorde, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses obéissent (à Allah), et préservent ce qui doit être préservé (même en l’absence de leurs époux), avec l’aide d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, (si elles persistent) ne dormez plus avec elles, (et si elles persistent) corrigez-les. Si elles vous obéissent, cessez vos réprimandes, car Allah est certes, Élevé et Grand ! » (An-Nisâ’, 34)

 

Mais cela ne veut pas dire que l’époux doit s’enorgueillir devant elle. Ce verset doit au contraire le pousser à faire preuve de plus de miséricorde encore envers elle, car c’est une femme faible et fragile qu’il a en face de lui. Il ne doit pas faire les éloges d’une autre femme devant elle. Il ne doit pas lever la main sur elle surtout en présence de la famille. Il doit cacher les problèmes qu’il y a entre lui et son épouse, et tout faire pour la préserver afin de ne pas briser son cœur, car il la meurtrirait en dévoilant ses problèmes à ses proches. Et la chose la plus grave, la plus laide et la plus mauvaise est de la frapper surtout en présence de ses enfants, afin que ces derniers ne la méprisent pas et que son autorité sur eux ne diminue pas, de sorte qu’elle ne puisse plus éduquer ses enfants convenablement. Souviens–toi donc lorsque tu lèves la main sur ton épouse, qu’Allah est plus fort que toi, et si ta force te pousse à être injuste envers elle, souviens-toi du pouvoir d’Allah sur toi.

 

Abû Mascûd Al-Ansârî rapporte : « J’étais en train de corriger un de mes servants lorsque j’ai entendu une voix derrière moi qui disait : « Sache Abû Mascûd qu’Allah a plus de pouvoir sur toi que tu n’en as sur lui. » Je me suis retourné et il s’agissait du Messager d’Allah. Je lui dis : « Ô Messager d’Allah, le voilà affranchi et libre pour Allah. » Il dit : « Si tu ne l’avais pas fait, le feu t’aurait brûlé – ou touché. » (Muslim)

 

Et prends garde à ne pas utiliser ton ascendant sur elle pour l’empêcher d’accomplir le bien. Tu dois plutôt être un soutien pour elle dans l’obéissance aux parents, le maintien des liens de parenté, la recherche de la science, l’accomplissement d’actes surérogatoires et d’autres actes de bien encore :

 

 « Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et l’éloignement des interdits, et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. » (Al-Mâ’idah, 2)

 

Cette entraide contribuera à la construction du foyer et le développera, car cette vie sera basée sur l’entraide dans l’accomplissement de la Législation d’Allah en conformité avec le Coran et la Sunna.

 

Abû Hurayrah rapporte que le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Celui qui ne remercie pas les gens, ne remercie pas Allah. » (Abû Dâwûd)

 

Il fait partie des droits de l’épouse de la respecter, de lui donner de l’importance, de la louer elle et tout ce qu’elle peut accomplir. Car si tu lui montres que tu es content de ce qu’elle a accompli, cela la poussera à faire plus de bien encore.

 

De même, il faut respecter les sentiments de l’épouse vis-à-vis de ses co-épouses. Ainsi il ne faut pas en louer une en sa présence afin de la mettre en colère, ou la blâmer et risquer de briser son cœur. Et rappelle-toi constamment de la parole du Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Voulez-vous que je vous indique ce qui est meilleur que la prière, le jeûne ou l’aumône ? » Les compagnons dirent : « Bien sûr, ô Messager d’Allah ! » Il dit : « C’est le fait de réconcilier deux personnes. Quant au fait de semer la discorde entre deux personnes, c’est un acte qui détruit la religion.» (Abû Dâwûd)

 

 

Source Extrait du livre : Faire triompher les droits des croyantes


Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Relation conjugale
5 septembre 2000 2 05 /09 /septembre /2000 17:33




1. La cause et le remède  de la désobéissance de la femme ?


Cheikh al ‘Otheïmine –Qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit:



« La base de la désobéissance c’est la fierté. Une femme désobéissante, c’est une femme qui est fière et orgueilleuse vis à vis de son mari et qui aime le contredire et lui désobéir. Et Allah a donné le remède pour la désobéissance de la femme, lorsqu’Il a dit :


Traduction relative et approchée : « Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits [...]. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! » S4 V34

.
.. Exhortez-les ... 

…Cela signifie qu’il faut les rappeler au livre d’Allah, et plus particulièrement aux versets qui expliquent les devoirs de l’épouse. Il faut également les rappeler à la Sounnah du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- et plus particulièrement aux Hadîths qui exposent les droits du mari sur sa femme et le péché qu’elles commettent en désobéissant…


...Eloignez-vous d’elles dans leurs lits …


…Certains savants ont dit que le but du mot « Éloigner », c’est le fait de quitter l’acte sexuel de telle sorte que le mari soit dans le même lit que sa femme mais sans avoir de rapports avec elle. Mais cet éloignement doit suivre un comportement particulier car Allah précise que l’éloignement est dans le lit. En fait cet éloignement n’a pas à être apparent excepté au moment de l’intimité des époux. Par conséquent, l’éloignement n’a pas à se faire devant les enfants, chose qui pourrait les perturber ; ni même devant les étrangers, chose qui pourrait humilier la femme et la pousser à être encore plus désobéissante. Remédier à la désobéissance de la femme ne doit pas conduire à son humiliation ni même à déstabiliser les enfants. Mais il se peut que cette étape n’apporte pas non plus de changement et alors Allah a dit … »[1]


2. Comment se comporter avec les femmes désobéissantes ?


Mou‘awiya ibn Hayra dit :
«Un homme dit : Ô messager d’Allah ! Quel est le devoir de l’un d’entre nous envers sa femme »
Il dit : « De la nourrir lorsque tu te nourris, de la vêtir lorsque tu te vêtis, de ne pas frapper le visage, et ne pas critiquer son visage, et que tu ne t’éloignes d’elle que dans le foyer »
[4]


D’après Iyas ibn ‘Abdillah ibn abi Dhoubab, le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :
« Ne frappez pas les servantes d’Allah ».
[...] Et le Messager d’Allah -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit : « De nombreuses femmes se sont plaintes de leurs maris auprès des femmes de Mouhammad , et ce ne sont pas ceux-là ( les maris ) les meilleurs d’entre vous » [5]


‘Abdoullâh ibn Zam‘a a entendu le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- dire :
« L’un d’entre vous s’emporterait-il et fouetterait-il sa femme comme une esclave alors qu’à la fin de la journée il a des rapports avec elle » [6]


En somme, Allah a délimité ses représailles -qui ne l’oublions pas sont en fait des remèdes à la désobéissance de la femme-. Effectivement, dès lors que le but réel est atteint, toutes représailles deviennent alors démesurées.


... si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles...


Ibn Kathir a dit au sujet de ce verset que si la femme obéit à tout ce que le mari veut d’elle dans ce que lui a permis Allah, alors il n’a plus de raison contre elle après ceci. Il ne doit pas la frapper ou l’isoler. Et il ne doit lui faire par la suite aucun reproche…

... car Allah est certes, Haut et Grand !


…Ceci est une menace aux hommes qui chercheraient la petite bête sans raison. Allah le Très Haut, le Plus Grand est dans ce cas-là L’Allié des femmes et Il se vengera de tous ceux qui les oppriment et qui leur cherchent la petite bête. »[7]


3. De l’obéissance à la patience


Nous avons demandé à Cheikh Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i -Qu’Allah lui fasse miséricorde- :
« Une sœur dont le mari oblige à servir quotidiennement sa mère (la mère du mari) alors que cette dernière opprime la soeur et est la cause de nombreux problèmes entre les deux époux, et la soeur en question ne parvient plus à supporter cette situation, que doit-elle donc faire et qu’Allah vous récompense de la meilleure façon ? »


Sa réponse fut la suivante : « Louange à Allah par des louanges abondantes, bonnes, bénies, comme l’aime notre Seigneur et en est satisfait, et je témoigne qu’il n’y a de vraie divinité qu’Allah, nul associé à Lui, et je témoigne que Mouhammad est Son serviteur et messager. Sur ce, qu’Allah vous récompense pour ce que vous faites comme Da’wa et comme jalousie que vous éprouvez pour l’Islam, et qu’Allah bénisse vos efforts et qu’Allah fasse que vous soyez bénéfiques à l’islam et aux musulmans.


Quant à l’obligation proprement dite, cette femme n’est pas obligée de servir sa belle-mère d’autant plus si celle-ci se comporte mal avec elle, mais je lui conseille de patienter plus, et plus, et plus encore que ce qu’elle n’a pu déjà patienter, car Allah a dit :
Traduction relative et approchée : « Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et dans la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression »S5 V2


D’autant plus que cela pourrait entraîner la séparation et la discorde entre les époux, donc je lui conseille, et ce bien entendu en tant que conseil et non en tant qu’obligation, de patienter avec elle et qu’elles s’entraident et qu’elle la serve en fonction de ses capacités mais quant à l’obligation , non cela ne lui est pas obligatoire.


La femme doit se charger des tâches dont elle est capable, dans le foyer. Un jour Fatima vint se plaindre car elle ne trouvait pas le repos à cause des tâches [8], et le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- ne lui a pas dit : « Ceci ne t’es pas obligatoire », ce qu’il faudrait donc faire et ce que nous lui conseillons c’est de patienter et de s’entraider avec son mari et c’est à Allah que nous implorons l’aide » 9


Nous avons demandé aussi : « Jusqu’où la femme doit-elle obéir à son mari ? »


Sa réponse fut la suivante :
« Quant à l’obligation c’est dans ce qu’Allah lui a ordonné:
- Lorsqu’il la convoite au lit.
- Et de même s’il est pauvre, elle doit patienter avec lui tant qu’elle le peut.
Mais la question est bien plus vaste que l’obligation, en effet, bien plus que l’obligation !
Et, nous lui conseillons de patienter avec son mari, dans le meilleur et le pire et qu’elle ne lui fasse pas supporter ce qu’il n’est pas en mesure de supporter, et ne lui demande pas d’acheter toutes les dernières modes, si elle voit une voiture elle lui demande d’acheter la même, de même au niveau des vêtements elle recherche les derniers modèles.
Elle doit aussi patienter avec lui et bien se comporter avec lui et élever ses enfants et laver ses vêtements, l’aider dans le bien, s’appliquer à lui faire à manger si elle le peut et vous êtes -si Allah le veut- des demandeurs de science, hommes et femmes, la femme peut ne pas avoir le temps de remplir ses devoirs et l’homme se doit de patienter et il se peut que l’homme ne puisse pas remplir ses devoirs et elle se devra de patienter et c’est à Allah que nous implorons l’aide. » [9]


4. le remède à l’indifférence du mari


Allah a dit :
Traduction relative et approchée : « Et si une femme craint de son mari abandon ou indifférence, alors nul grief pour les deux s’ils se réconcilient par un compromis quelconque, et la réconciliation est meilleure, puisque les âmes sont portées à l’avarice. Mais si vous agissez en bien et vous êtes pieux... Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites » S4 V128


...Et si une femme craint de son mari abandon ou indifférence, alors nul grief pour les deux s’ils se réconcilient par un compromis quelconque...


Cheikh as-Sa’di a dit : « Cela signifie qu’elle craint que son mari s’écarte d’elle, qu’il ne soit plus attiré par elle et qu’il soit repoussé par elle ; alors le meilleur dans ce cas c’est de se réconcilier par un compromis quelconque. C’est-à-dire que la femme abandonne certains de ses droits qui incombent à son mari afin de rester avec son mari. Et ceci soit en diminuant ce qui lui est dû dans les subsistances ou dans les vêtements ou dans l’habitation ou dans le partage des nuits tel que abandonner son droit au rapport ou céder son tour à l’une de ses coépouses. »


Et ce verset fut révélé comme le rapporta abou Dawoud dans un Hadith de Hicham ibn ‘Ourwa d’après son père, à cet effet : ‘Aïcha -qu’Allah l’agrée- dit : « [...] et Sawda bint Zam‘a dit, lorsqu’elle fut âgée et qu’elle craignit que le Messager d’Allah -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- ne la quitte : « Ô Messager d’Allah, mon jour est pour ‘Aïcha. » Et il accepta cela d’elle. Elle dit : c’est pour son cas et les cas similaires qu’Allah révéla [ce verset] ».


... et la réconciliation est meilleure...


Puis il poursuit :
« Si les deux époux se sont mis d’accord sur cette situation, alors il n’y a pas de péché ni de mal pour eux, ni pour l’épouse ni pour l’époux. De là, il est permis au mari de rester avec sa femme dans la situation décrite précédemment. Et ceci est meilleur que la séparation, c’est pour cela qu’Allah a dit : « Et la réconciliation est meilleure ». [10]


On tire une généralité à partir de cette expression et de son sens, c’est que la réconciliation entre deux personnes, entre lesquelles il y a des droits ou entre lesquelles il y a des litiges, est meilleure que l’acharnement de chacun dans la recherche de son droit. Dans la mesure où cette attitude implique la réconciliation, le maintien de la concorde, et l’indulgence.


Et ceci est permis dans l’ensemble des choses, sauf dans le cas où un illicite est rendu licite ou bien où un licite est rendu illicite. Alors ceci n’est pas une réconciliation mais plutôt une injustice. Et saches que chaque règle n’est parachevée et n’est parfaite que par la présence de ses exigences et par le bannissement de ses empêchements.


Allah a évoqué ce qui est nécessaire pour la réconciliation, et Il a attiré l’attention sur le fait que c’était meilleur. Et le meilleur, toute personne qui œuvre, le recherche et est attiré vers lui. Par cet ordre d’Allah et par Son incitation au bien, le croyant ne peut qu’augmenter sa recherche et sa motivation vers le bien…


... puisque les âmes sont portées à l’avarice...



…Allah a ensuite indiqué l’empêchement de la réconciliation par cette parole. Les âmes sont façonnées sur l’avarice et ceci est l’absence de motivation pour être généreux envers les autres et l’avidité pour le droit qui lui est dû. Donc les âmes sont façonnées sur cette nature. Cela signifie qu’il convient d’arracher cette nature ignoble de nos âmes et de la remplacer par son contraire qui est la générosité, la bienveillance. Et cette bienveillance se définit par le fait que tu sois généreux dans tes devoirs et que tu te contentes dans tes droits. Et lorsque l’individu réussit à atteindre ce bon caractère, alors à ce moment, il lui sera facile de se réconcilier lors d’une dispute. Contrairement à celui qui ne fait pas d’effort pour faire disparaître cette avarice, alors celui-là, il lui sera difficile de se réconcilier. Alors que dire si la personne face à lui est comme lui ?!…


... mais si vous agissez en bien...


…C’est-à-dire que vous vous améliorez dans l’adoration du Créateur de telle sorte que le serviteur adore son seigneur comme s’il Le voyait, car s’il ne Le voit pas, Lui Il le voit. Ce verset implique aussi que le serviteur agisse en bien envers les créatures ; par tous les chemins de bien, en leur faisant profiter de son argent, de sa science ou bien de son rang …


...et vous êtes pieux... Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.


…Si vous êtes pieux, et ceci en faisant l’ensemble des obligations et en délaissant l’ensemble des interdictions, alors Allah certes est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. » [11]


A ce stade-là, l’indifférence du mari reste un problème à régler entre les époux uniquement.


5. du désaccord à l’arbitrage !


Mais si le problème s’aggrave, et qu’il y a une crainte de séparation, alors Allah a dit :
Traduction relative et approchée : « Si vous craignez le désaccord entre les deux époux, envoyez alors un arbitre de sa famille à lui, et un arbitre de sa famille à elle. Si les deux veulent la réconciliation, Allah rétablira l’entente entre eux. Allah est certes Omniscient et Parfaitement Connaisseur » S4 V35


... Si vous craignez le désaccord entre les deux époux...


Cheikh as-Sa’di a dit :
« C’est-à-dire que vous craignez l’éloignement des deux époux et l’évitement à tel point que chacun d’entre eux soit de son coté…


.. envoyez alors un arbitre de sa famille à lui, et un arbitre de sa famille à elle...



…Ce sont en fait deux hommes responsables, musulmans, justes, sensés, qui connaissent la situation entre les deux époux et qui connaissent les règles de la réconciliation et de la séparation. Ils doivent être conscients de l’importance de la famille musulmane dans la communauté. Ils doivent se rendre compte qu’ils tentent de réconcilier les deux piliers de la famille musulmane, avoir pitié des enfants qui sont en jeu, tout comme ils sont dépositaires des secrets de chacun (c’est pourquoi Allah dit « de sa famille à lui et de sa famille à elle », car dans ce cas ce sont des personnes qui sont le moins susceptibles de répandre ces secrets).Et ceci est ce qu’on tire de l’expression « arbitre » ; car un arbitre ne peut réconcilier sans qu’il ait les caractéristiques que l’on vient de citer. Donc ces deux personnes considèrent ce que chaque époux reproche à l’autre. Puis chacun d’entre eux impose ce qui est obligatoire. Si aucun d’entre eux ne peut le faire, alors ils se contentent de la satisfaction de l’autre époux par rapport à la subsistance et au comportement. Tant que la réconciliation est possible, ils ne s’en écartent pas. Si la situation arrive jusque l’impossibilité de réconciliation, et qu’ils voient que la séparation est meilleure, alors ils les séparent.
Dans ce cas, le consentement des époux n’est pas une condition. Ce qui le prouve, c’est qu’Allah a nommé ces deux personnes « arbitres » et l’arbitre donne une sentence même si les concernés n’en sont pas satisfaits…


... si les deux veulent la réconciliation, Allah rétablira l’entente entre eux. Allah est, certes Omniscient et Parfaitement Connaisseur.


…Cette entente sera établie grâce à un heureux conseil et des paroles qui attirent les cœurs et qui rapprochent les deux parties. »[12]


6. exhortation pour le couple


Nous avons demandez à Cheikh Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i -Qu’Allah lui fasse miséricorde- :
« Avez-vous des conseils à donner aux époux sachant que les problèmes conjugaux et le divorce sont devenus banalité chez ceux qui se revendiquent de la sounnah, au point que cela tourne à l’anarchie ».


Sa réponse fut la suivante : « Ce que nous recommandons aux époux c’est de s’entraider dans le bien et la piété et je leur conseille également d’adopter un bon comportement des deux côtés, le chaytan cherche à séparer la femme de son mari, jusqu’à ce que dans certains Hadiths authentiques :
« Chaytan envoie ses enfants pour semer la discorde entre les gens et l’un d’entre eux dit: « Je ne l’ai pas lâché jusqu’à ce qu’il se sépare de sa femme » Et chaytan lui dit : « Toi tu es valeureux »,

Et dans d’autres versions : « Jusqu’à ce qu’il le tue et de lui dire: « Toi, tu es valeureux »


L’homme doit bien se conduire avec sa femme comme vous avez pu l’entendre dans les Hadiths « Comportez-vous bien avec les femmes » c’est-à-dire comme avec des captives. Et Allah a dit dans Son livre:

Traduction relative et rapprochée: « … Et n’oubliez pas votre faveur mutuelle… » S2 V237


Et la femme est faible; Le messager -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- disait à son armée alors qu’il chantait aux chameaux pour qu’ils avancent rapidement : « Doucement avec les perles ! » C’est-à-dire les femmes sur les chameaux, qui pourraient tomber à cause de la vitesse, donc la femme est comme une lampe[ou une bouteille (en verre)] on se doit de bien se comporter avec elle. Allah a dit :

Traduction relative et rapprochée: « Et parmi Ses signes, Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous cohabitiez avec elles, et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté » S30 V21

«... Pour que vous cohabitiez avec elles... »: c’est-à-dire qu’il trouve le réconfort auprès d’elle.


La femme également doit craindre Allah à travers son mari, il va au travail et travaille toute la journée, il ne doit pas retrouver à la maison une femme qui lui demande de se justifier pour toute chose aussi minime soit-elle, mais elle doit être la meilleur aide pour lui, comme le fut Khadija alors que le prophète vint la voir effrayé, car il avait vu Gibril qui l’avait serré et il a eut peur que ce ne soit un chaytan ou autre chose, elle dit:


« Non par Allah ! Allah ne t’abandonnera pas.
Tu gardes les liens de parenté, et tu donnes aux nécessiteux »


Donc la femme doit craindre Allah à travers son mari et patienter avec lui, elle doit patienter avec lui, et après peu ils auront des enfants et ils seront préoccupés par leurs enfants, mais si le musulman le Sounni, se marie, divorce, se marie, divorce, et bien cela fera fuir beaucoup de femmes de la Sounnah. Il faut comme l’a dit Allah -'Azza wa jal- c’est Lui qui a uni les époux, il faut qu’ils se préoccupent de l’adoration, de la science, et c’est à Allah que nous implorons l’aide. » [13]


7. les biens de la femme et la permission du mari


Cheikh al Albany –Qu’Allah lui fasse Miséricorde- fut interrogé de la façon suivante :
« Est-il permis à la femme de se comporter librement avec ses biens sans la permission de son mari. Et lorsque la femme savait auparavant que son mari n’était pas d’accord pour qu’elle dépense de ses biens, même si c’est pour une aumône « sadaqa ». Et de même pour la disposition libre de ses bijoux qu’elle a acheté avec son argent sans sa permission :Quel est le jugement ? »


Sa réponse fût la suivante : « Le jugement est clair, c’est la parole du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- :

« Il n’est pas permis à la femme de disposer librement de ses biens
sans la permission de son mari »

C’est un Hadith Hassan Sahih ; Hassan en lui-même, Sahih à cause du grand nombre de fois qu’il est rapporté.


Et tout ce qui semble contredire ce Hadith ne doit pas être perçu comme tel et ne doit pas être utilisé pour justifier le contraire. Concernant le Hadith dans lequel les femmes donnent leurs bijoux en « Sadaqa » comme il est rapporté dans le Sahih il y a plusieurs réponses à cela, Parmi elles :
- Il se peut que cela est été fait avec la permission de leurs maris
-Il se peut que cela c’est produit avant que le Hadith cité n’ai posé la règle.


C’est pour cela que nous conseillons à toutes les femmes musulmanes pratiquant les actions au moyen du livre et de la Sounnah de ne pas agir sur leurs biens comme elles l’entendent sans l’accord de leurs maris, car cela est source de désaccord et de dispute entre les deux époux et les conséquences de cela seraient très mauvaises.


Si l’époux est très mauvais avec sa femme elle peut montrer son affaire auprès des gouverneurs (juge etc…) « Qâdi » qui juge selon la « Charî’a » et particulièrement aujourd’hui les juges sont d’accord entre-eux pour que dans ce cas-là la femme puisse disposer librement de ses biens sans l’accord de son mari.
Ainsi si elle expose son affaire au juge, et s’il juge qu’il y a agression du mari sur son épouse alors il lui autorise à disposer de ses biens, sauf si le mari estime qu’elle gaspille alors à ce moment là le juge l’interdit à la femme même s’il avait été adopté que l’origine de cela (la disposition libre) avait pour but de sortir de la crise.
Mais il ne pourra pas dans l’avenir autoriser la femme à faire une aumône qui la ferait tomber dans le gaspillage. Et Allah est plus savant. »[14]
Recherche effectuée par Oummou Yassir & Oummou Mou‘adh
Composée de plusieurs extraits de :
Explication de « Kitab an-Nikah dans Sahih Boukhari » (K7audio) de Cheikh al ‘Otheymine
Explication de « Ryadh as-Salihine » de Cheikh al ‘Otheymine
Tafsir ibn Kathir, Tafsir Sa’di




Note :

Composée de plusieurs extraits de :
Explication de  « Kitab an-Nikah dans Sahih Boukhari » (K7audio)  de Cheikh al ‘Otheymine
Explication de  « Ryadh as-Salihine » de Cheikh al ‘Otheymine
Tafsir ibn Kathir, Tafsir Sa’di



[1] Voir l’Explication de Kitab an-Nikah dans Sahih al Boukhari de Cheikh al ‘Otheïmine (K7 audio)
[2] Voir Sahih Mouslim. C’est le Hadith de Jabir où il rapporte le pèlerinage du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui-ainsi que son sermon d’adieu.
[3] Sans toucher la tête, le visage et le ventre.
[4] Rapporté dans les Sounanes et Mousnad de l’imam Ahmad
[5] Hadith Hassan Sahih rapporté par abou Dawoud, ibn Majah. Voir Sahih Sounan ibn Majah n°1615.
[6] Rapporté par Boukhari, Mouslim et at-Tirmidhi.
[7] Voir Tafsir ibn Kathir
[8] Rapporté par al Boukhari
[9] Toutes les questions qui ont été adressées au cheikh sont traduites tout au long de la revue, l’enregistrement sera également disponible sur notre site Internet : http://www.chez.com/albaida
[10] Traduction relative et approchée du sens du verset.
[11] Voir Tasfir as-Sa’di
[12] Voir Tasfir as-Sa’di
[13] Toutes les questions qui ont été adressées au cheikh sont traduites tout au long de la revue, l’enregistrement sera également disponible sur notre site Internet : http://www.chez.com/albaida
[14] Extrait du magazine al Assala n°19 (Dhoul Qi’da 1419h) page 76, traduit par un frère.


Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Relation conjugale
5 septembre 2000 2 05 /09 /septembre /2000 17:27


1. L’obéissance au mari dans le bien.


Pourquoi les femmes doivent-elles obéir aux hommes ? Allah a dit :


Traduction relative et approchée : « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens » S4 V34


Cheikh al ‘Otheïmine –Qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit :
« Ce verset montre que l’homme a une autorité sur la femme. Et Allah donne deux raisons à cela :
- En raison des faveurs qu’Allah accorde aux hommes par rapport aux femmes ; dans l’esprit, dans l’intelligence, dans le rapportement des informations, dans le respect des sanctions, dans la science, dans la compréhension.
- A cause des dépenses qu’ils font de leurs biens en faveur des femmes.
L’imam at-Tabari a dit en ce qui concerne ce verset : « Les hommes ont autorité sur leurs femmes dans le fait qu’ils les éduquent et dans le fait qu’ils s’en occupent. Pour toutes ces raisons, ils ont autorité sur les femmes ».


Allah dit aussi :


Traduction relative et approchée : [b][b]« Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah
» S4 V34


L’imam at-Tabari a dit que ce sont les femmes qui préservent en l’absence de leurs maris aussi bien leurs parties intimes que les biens de leurs maris. Et ce sont aussi les femmes qui préservent les obligations qui les concernent vis à vis d’Allah. » [1]


2. Le service de la femme dans la maison du mari.


Est-ce un devoir ou non ? L’obligation du travail de la femme dans la maison de son mari, n’est pas si évident que cela. Mais les femmes des compagnons s’occupaient de tâches qui facilitaient la vie quotidienne, et même des tâches extérieures qui étaient très difficiles. Pourtant, jamais il n’a été entendu que ces femmes aient été empêchées de faire un tel travail ; ou encore qu’elles se soient plaintes ou qu’elles aient invoqué leur rang ou leur beauté afin de ne rien faire. [2]


Cheikh al Albany -Qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit :
« Au contraire de nombreuses preuves viennent montrer l’obligation du travail de la femme dans la maison de son mari. Allah a dit :


Traduction relative et approchée : « Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément au bien » S2 V228 A travers ce verset, on voit que les droits de la femme sont équivalents à ses devoirs : autant le mari doit subvenir aux besoins de sa femme et la vêtir, autant la femme doit travailler dans la maison de son mari. »[3]





[1] Voir l’Explication de Kitab an-Nikah dans Sahih al Boukhari de Cheikh al ‘Otheïmine (K7 audio)
[2] Voir ar-Rawda an-Nâdiya annoté par Cheikh al Albani, page 219.
[3] Ar-Rawda an-Nâdiya, voir note 1 de Cheikh al Albani, page 220.


Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Relation conjugale