Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

.

Ouverture prochaine du site

« True Salaf »

Vous êtes de plus en plus nombreuses a vous connecter  Barak Allahu fikoum !
C’est la raison pour laquelle nous réalisons actuellement le futur site
« www.true-salaf.com »

Inscrivez-vous (à notre newsletter)

Pour être informé !

Qu'Allah nous facilite le chemin vers la vérité et nous aide à la mettre en pratique.

Nombre de visiteurs :

.


« Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allâh et Son messager ont décidé d’une chose, d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. »Coran 33 / 36
 
 

        Nouveau !
Horaire de Prière

 

 

web108.gif Chaque mois :  WWW.CONCOURS-ISLAMIQUE.COM
A gagner : Des livres, Jilbab, gants, Boussole, CD et autres...
.m.
Ajouter true salaf a vos liens
True-Salaf.png
Certains Pieux Prédécesseurs (Salaf Salih) disait :
« Le plus dur des combats que j’ai mené contre mon ego est lorsque j’ai voulu l’obliger à être sincère. »

u

  eclosion.gif True Salaf l'Islam Pur et Authentique eclosion.gif

Chère sœur musulmane ! Le voile n’a d’autre fonction que de te préserver et de te protéger des regards empoisonnés venant des cœurs malades et des chiens humains. Il t’est un rempart aux appétits féroces. Tu dois t’y attacher, et ne pas te tourner vers ces revendications pour le moins tendancieuses dont les aspirations sont de combattre le voile en cherchant à le dénigrer. Leurs partisans ne te veulent aucun bien comme le Seigneur le révèle :

"Ceux qui suivent leurs passions voudraient profondément que vous succombiez". (4: 27) 
 

 

 

11 août 2007 6 11 /08 /août /2007 19:08
Les règles funéraires


webmaster-348.gif Livre des testaments


webmaster-348.gif L’enterrement d’un musulman dans un pays non musulman  

webmaster-348.gif Les Funérailles 


webmaster-348.gif 
L'avis concernant la visite des tombes par les femmes


webmaster-348.gif Est-il permis de faire vœux de condoléances aux proches d’une mauvaise personne 

 

dadi130.jpg

"Il est du devoir de tout musulman qui a un legs à faire
connaître, de ne pas laisser passer deux nuits
consécutives sans le sanctionner par un testament
écrit, déposé sous son oreiller."
[Hadith rapporté par al Bukhârî et Muslim]

Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Les funérailles
7 mai 2005 6 07 /05 /mai /2005 21:27


Chapitre 1. Les testaments

1194. Abdoullah ibn Omar rapporta que le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) dit: "Il n'est pas permis au musulman qui a quelquechose à léguer de passer deux nuits consécutives sans avoir écrit et gardé auprès de lui son testament". {l'Authentique de El-Bukhari}




1195. Amr Ibn Al-Hârith beau-frère du Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) et frère de sa femme Jouwaayria bint Al-Harith rapporta que le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) ne laissa, à sa mort, pas un seul dirham ou un seul dinar, ni un seul esclave homme ou femme. {l'Authentique de El-Bukhari}

Il ne laissa rien à part sa jument blanche, son arme et une terre qu'il donna en charité.

 



1196. Abdoullah ibn Abi Awfa rapporta qu'on lui avait demandé si le Prophète (صلى الله عليه و سلم) avait laissé un testament. Il répondit que non.


On lui dit: "Comment se fait-il qu'il ait été prescrit aux gens de faire leur testament (ou l'ordre leur a été donné d'écrire leur dernière volonté)" ?


Il répondit: "Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a fait testament du Livre d'Allah ". {l'Authentique de El-Bukhari}




Chapitre 2. La charité au moment de la mort

1197. Abou Houreira rapporta que quelqu'un dit au Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم): "O Messager d'Allah! Quelle est la meilleure charité" ?


Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui répondit: "Que tu fasses la charité alors que tu es cupide et en bonne santé, espérant devenir riche et craignant la pauvreté.


Tout cela sans reporter de faire le bien et attendre que tu agonises pour dire: "Donne telle somme et à telle autre telle autre somme, alors que ta fortune ne t'appartiens plus désormais et appartient effectivement à telle autre (en héritage)".{l'Authentique de El-Bukhari}

 



Chapitre 3. Les femmes et les enfants sont-ils des proches parents?

1198. Abou Houreira rapporta également: Quand Allah Sublime et Majestueux révéla :


{Et avertis les gens qui te sont les plus proches} (26:214)


Le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) se mit debout et dit: "O gens de Kouraich -ou un terme similaire- Rachetez-vous (de l'enfer). Je ne puis rien pour vous auprès d'Allah.


O Bani Abd Manaaf, je ne puis rien pour vous auprès d'Allah. O Abbas ibn Abdil-Mouttalib, je ne puis rien pour toi auprès d'Allah et toi Saffiyya, tante du Messager d'Allah, je ne puis rien pour toi auprès d'Allah.


O Fatima bint Mohammad, prends ce que tu veux de mes biens, mais je ne pourrai rien pour toi auprès d'Allah". {l'Authentique de El-Bukhari}



Chapitre 4. Verset divin: {Mettez les orphelins à l'épreuve jusqu'à ce qu'ils atteignent l'âge du mariage. Si alors vous sentez en eux quelque maturité, rendez-leur leurs biens}.(4:6)

 


1199. Ibn Omar rapporta que son père donna en charité, de la vie du Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم), une terre plantée en dattiers qui s'appelait Thamgh.


Il dit: "O Messager d'Allah, j'ai des biens qui me sont très chers et je voudrais donner en charité.


Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui dit : « Donnes-en en charité le fonds qui ne devra pas être vendu, offert ou hérité mais dont les fruits seront dépensés en charité ».


Omar donna sa terre en charité pour la cause d’Allah, pour émanciper les esclaves, venir en aide aux pauvres, aux hôtes, aux voyageurs et aux proches-parents.

Les personnes qui seront chargés de l’administrer peuvent en manger de façon équitable et raisonnable et donner à manger à leurs amis sans avoir l’intention de s’enrichir par ce moyen. {l'Authentique de El-Bukhari}




Chapitre 5. Verset divin : {Ceux qui mangent les biens des orphelins en toute injustice ne mangent dans leur ventre que du feu et ils seront rôtis dans une fournaise ardente}.(4.10)

 

1200. Abou Houreira rapporta que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) avait dit : « Evitez les sept péchés capitaux ».


Les gens dirent : « O Messager d’Allah ! Que sont-ils » ?


Il (صلى الله عليه و سلم) dit : « Le polythéisme, la magie, le meurtre interdit par Allah à part pour une juste cause, l’usure, le vol des biens de l’orphelin, la fuite du champs de bataille et le fait d’accuser injustement les femmes croyantes n’ayant jamais jamais pensé quoi que ce soit qui puisse entacher leur réputation ». {l'Authentique de El-Bukhari}

 

 



Chapitre 6. Salaire de l’administrateur du Wakf (dotation)

1201. Abou Houreira rapporta que le Messager d’ALLAH (صلى الله عليه و سلم) dit : « Mes héritiers ne se partageront ni dinar ni dirham car tout ce que je laisserai à part les dépenses de mes femmes et les gages de mes employés est charité ». {l'Authentique de El-Bukhari}

 



Chapitre 7. Cas de celui qui accorde un bien religieux, une terre ou un puits lui appartenant tout en stipulant le droit d’en profiter à l’instar des autres musulmans

 


1202. Othman rapporta avoir dit quand il fut assiégé par les rebelles : Je vous conjure par Allah et je ne conjure que les compagnons du Prophète (صلى الله عليه و سلم), de me dire si vous savez ou non que le Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم) avait dit : « Quiconque creuse le puits Rouma sera récompensé par le Paradis »


et que c’était moi qui l’avait creusé. Vous savez certes, qu’il avait dit : « Quiconque équipe l’armée d’Al-Osra (l’armée de la Razzia de Tabouk) sera récompensé par le Paradis » ?


Or c’était moi qui l’avait équipée. Othman rapporta qu’ils avaient approuvé son propos.

{l'Authentique de El-Bukhari}

 



Chapitre 8. Verset divin : {O vous qui avez cru ! Le témoignage entre vous si l’un de vous est sur le point de mourir (est assuré) pendant qu’il dicte son testament par deux hommes…Et ALLAH ne guide pas les gens pervers} (5 :106-108)



1203. Ibn Abbas rapporta qu’un homme de la tribu Bani Sahm partit en voyage avec Tamim ad-Dari et Adiy ibn Badda. L’homme de Bani Sahm rendit l’âme dans un endroit où il n’y avait aucun musulman.

De leur retour avec les biens de la personne défunte, Tamîm et Adiy dirent avoir perdu un bol en argent incrusté d’or.


Le Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم) les fit jurer (pour confirmer leur prétention).


On trouva plus tard le bol à Makka. Ceux qui le détenaient dirent qu’ils l’avaient acheté de Tamîm et de Adiy.


Deux proches-parents du défunt jurèrent que leur témoignage était plus valide que celui de Tamîm et de Adiy et que le bol appartenait au mort.


Le narrateur dit que le verset antérieur a été révélé à leur propos : {O vous qui avez cru, le témoignage entre vous si l’un de vous est sur le point de mourir à }(5 :106). {l'Authentique de El-Bukhari}

 

 

Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Les funérailles
7 mai 2005 6 07 /05 /mai /2005 21:22


Un groupe de musulmans de la ville de Bruxelles en Belgique vous demande, votre éminence, un avis fatwa à propos de l’enterrement d’un musulman dans un cimetière chrétien ou autre.

 


 Nous avons décidé de créer un cimetière musulman dans cette ville, mais le Gouvernement belge nous a demandé de fournir un avis - fatwa.

 


Nous nous sommes adressés à vous compte tenu de l’effort que vous déployez pour propager cette religion

Il est obligatoire d’enterrer les morts des musulmans dans un cimetière qui leur est réservé, et il n’est pas permis de les enterrer dans des cimetières non musulmans.

 


Al-Imâm ach-Chirâzî a dit dans « al-Muhadhdhab » :

 


« On n’enterre pas un non musulman dans un cimetière musulman ni un musulman dans un cimetière non musulman ».

 


Al-Imâm an-Nawawî a dit dans « al-Madjmu’ : « Il y a unanimité de nos condisciples sur le fait que l’on n’enterre pas un musulman dans le cimetière des non musulmans, ni un non musulman dans le cimetière des musulmans. »

 


Et de cela, il apparaît qu’il faut réserver pour les morts des musulmans un endroit qu’il leur est spécifiquement réservé.

 

 

 

 


Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, vol-9 p.6-7
Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Les funérailles
14 mai 2002 2 14 /05 /mai /2002 04:30

 

Les droit et restrictions du laveurs de morts



Q : Est-il permit aux laveurs des morts de divulguer les bons ou mauvais signes qu’ils décèlent sur les cadavres ?



R
: Il n’y a aucun mal à divulguer les bons signes. Quant aux mauvais, il faut s’abstenir de les évoquer puisqu’on tomberai dans la médisance. Mais, il n’y a aucun mal à dire que certains morts par exemple deviennent noirs ou autre… Cependant, l’interdit est de dire : « J’ai lavé un tel et décelé sur lui tel ou tel mauvais signe » car cela pourrait attrister sa famille et leur porter préjudice.



Le recueil des fatwas du cheikh Abd Al-Aziz Ben Baz
Tome 13 page 123


 

 

Les droits d’une divorcée



Q : Si une femme divorcée meurt, peut-elle être lavée par son mari ?

Q : Si une femme divorcée meurt, peut-elle être lavée par son mari ?


 

R : Elle peut être lavée par son conjoint si le divorce est réversible, c’est-à-dire lorsque le divorce est prononcé une seule fois ou deux.



   
      Le recueil des fatwas du cheikh Abdel Aziz Ben Baz
 
      Tome 13 page 110


 

Mettre des versets du Coran ou autre sur la tombe d’un défunt

 


Q : Est-il permis de mettre un morceau de fer ou une pancarte sur la tombe d’un défunt sur laquelle on écrit des versets du Coran en plus du nom du défunt, la date de son décès etc.… ?



R :
Il est interdit d’écrire sur la tombe du défunt des versets du Coran ou quoique ce soit, que cela se fasse sur du fer, du bois ou autre selon le hadith de Jaber où il nous informe que le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) :


« A interdit de maçonner la tombe, de s’asseoir et de construire dessus »

 

 hadith rapporté par Muslim. Et dans le hadith rapporté par El-Tirmidhi et El-Nassai avec une chaîne de transmission authentique



« Et que l’on écrive dessus (sur les tombes) »



   
      Fatwa du cheikh Ben Baz tirée de son recueil de fatwas
   
      Tome 4 page 337

 

Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Les funérailles
14 mai 2002 2 14 /05 /mai /2002 04:20

 

 

Q : Il arrive parfois qu’une personne décède, d'un suicide, ou après avoir consommer une importante quantité d'alcool, ou à la suite d’une agression mortelle a fin de se débarrasser de ses actes néfastes …

Est-il permis d’aller consoler la mère du défunt ou l’un de ses proches ? Je suis très hésitant, ne sachant pas s’il faut y aller ou pas … ?

 

R : Il n’y a aucun mal à leur présenter ses condoléances. Bien au contraire, ceci est souhaitable, même si le défunt a désobéi à Allah en commettant le suicide ou un autre acte (fatal). Il est aussi recommandé de présenter ses condoléances à la famille d’une personne exécutée selon la loi du talion, ou dans le cadre de l’application d’une peine normale telle que celle de l’adultère. Ceci est aussi valable pour la personne décédée suite à un abus d’alcool. Il n’y a aucun mal à présenter ses condoléances à leur famille et à demander à Allah de le pardonner et d'accorder sa miséricorde à lui et aux personnes décédé de la même manière.

 

 

 

Ces morts doivent être lavés (normalement) et doivent bénéficier de la prière du défunt. Celle-ci ne doit pas être dirigée par un haut dignitaire musulman tel que le sultan ou le juge ou d’autres (personnalités de haut rang) mais, cela doit être confié à des personnes (ordinaires). Cette rétribution a pour but de dissuader (les autres) du mauvais comportement du défunt.

 

 

 

Quant à la victime d’une agression, elle est tuée injustement. Pour cela, on accomplit la prière du défunt et invoque Allah pour lui, à condition qu’il soit musulman. Celui qui est tué dans le cadre de l’application de la loi du talion bénéficie aussi de cette prière, nous devons aussi invoquer Allah pour lui et présenter nos condoléances à sa famille, à condition toujours qu’il soit musulman et n’ait pas commis l’apostat.

 

 

 

Allah est le garant de l’assistance.

 

 

  • Le recueil des fatwas du cheikh Abd Al-Aziz Ben Baz
  • Tome 13 page 374


Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Les funérailles