Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

.

Ouverture prochaine du site

« True Salaf »

Vous êtes de plus en plus nombreuses a vous connecter  Barak Allahu fikoum !
C’est la raison pour laquelle nous réalisons actuellement le futur site
« www.true-salaf.com »

Inscrivez-vous (à notre newsletter)

Pour être informé !

Qu'Allah nous facilite le chemin vers la vérité et nous aide à la mettre en pratique.

Nombre de visiteurs :

.


« Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allâh et Son messager ont décidé d’une chose, d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. »Coran 33 / 36
 
 

        Nouveau !
Horaire de Prière

 

 

web108.gif Chaque mois :  WWW.CONCOURS-ISLAMIQUE.COM
A gagner : Des livres, Jilbab, gants, Boussole, CD et autres...
.m.
Ajouter true salaf a vos liens
True-Salaf.png
Certains Pieux Prédécesseurs (Salaf Salih) disait :
« Le plus dur des combats que j’ai mené contre mon ego est lorsque j’ai voulu l’obliger à être sincère. »

u

  eclosion.gif True Salaf l'Islam Pur et Authentique eclosion.gif

Chère sœur musulmane ! Le voile n’a d’autre fonction que de te préserver et de te protéger des regards empoisonnés venant des cœurs malades et des chiens humains. Il t’est un rempart aux appétits féroces. Tu dois t’y attacher, et ne pas te tourner vers ces revendications pour le moins tendancieuses dont les aspirations sont de combattre le voile en cherchant à le dénigrer. Leurs partisans ne te veulent aucun bien comme le Seigneur le révèle :

"Ceux qui suivent leurs passions voudraient profondément que vous succombiez". (4: 27) 
 

 

 

11 août 2007 6 11 /08 /août /2007 19:00
Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Le ghousl (bain rituel)
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 20:37


Le ghusl de la femme après un rapport sexuel


et sa différence avec le ghusl  à l’arrêt des menstrues


page 44


 


Question :


 


Y a t-il une différence entre  la purification majeure de  l’homme et de la femme suscitée par un rapport sexuel ?


Est-ce que la femme doit dénouer ses cheveux, ou lui suffit-elle de verser sur ses cheveux trois fois la quantité d’eau contenue dans le creux de sa main comme cité dans le hadith ? Enfin, y a t-il une différence entre la  purification majeure suscitée par un rapport sexuel et celle  suscitée par l’arrêt des menstrues ?


 



Réponse du comité permanent des savants de l’IFTA d’Arabie Saoudite :


 


Il n’y a pas de différences entre l’homme et la femme, dans la manière de se purifier après un rapport sexuel. Il ne leur est pas nécessaire, à tous deux, de dénouer leurs cheveux. Il leur suffit de verser sur leurs cheveux trois fois la quantité d’eau contenue dans le creux de leurs mains, puis de verser de l’eau sur tout leur corps et ceci, en référence au hadith  de Oum Salama, qu’Allah l’agrée. Elle a demandé au prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Je suis une femme qui tresse  mes cheveux, dois-je les dénouer pour l’ablution majeure suscitée par un rapport sexuel ? »


Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) lui répondit : « Non, il te suffit de verser sur ta tête trois fois la quantité d’eau contenue dans le creux de ta main, puis de verser de l’eau sur tout ton corps et ainsi, tu seras purifiée. » (rapporté par Muslim)


 


Et dans le cas où il y aurait sur la tête de l’homme ou de la femme un produit tel que du jujubier (sidr) ou de la teinture (khidab) ou autre chose de similaire, qui ne permettrait pas à l’eau d’atteindre l’épiderme, il est alors impératif de retirer ce produit. Par contre s’il n’est pas épais et n’empêche pas l’arrivée de l’eau jusqu’à l’épiderme, il n’est alors pas nécessaire de le retirer.


 


Quant à l’ablution majeure de la femme due à l’arrêt des menstrues, les opinions  divergent sur l’obligation de dénouer les cheveux pour cette lotion. L’avis correct est qu’il ne lui est pas nécessaire de les dénouer, selon certaines versions du hadith de Oum Salama, qu’Allah l’agrée, rapportées par Muslim : elle dit au prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Je suis une femme qui tresse  mes cheveux, dois-je les  dénouer pour l’ablution majeure suscitée par l’arrêt des règles, de même que pour l’ablution majeure suscitée par  un rapport sexuel ? »


Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Non, il te suffit de verser sur ta tête trois fois la quantité d’eau contenue dans le creux de ta main, puis de verser de l’eau sur tout ton corps et ainsi, tu seras purifiée. »


 


Cette version exprime la non-obligation de dénouer les cheveux lors de l’ablution majeure suscitée par l’arrêt des règles ou un rapport sexuel. Néanmoins, par précaution et pour s’éloigner des divergences, il lui est conseillé de dénouer ses cheveux lors de l’ablution majeure due à l’arrêt de ses règles.


 


Et la réussite vient d’Allah…


 


L’épouse désire avoir un enfant mais le mari refuse


Page 87


 


Question :


 


Mon épouse désire avoir un enfant alors que moi je ne veux pas. Est-ce qu’il m’est permis de l’obliger à prendre des pilules contraceptives ? M’est-il permis d’appliquer le ‘azl [1] si elle refuse de prendre les pilules contraceptives ?


 


Réponse de Shaykh Muhammad Ibn Salih Al ‘Uthaymin (rahimahullah) :


 


Le ‘azl ne t’est pas permis, ainsi que de contraindre ton épouse à prendre des pilules contraceptives, si celle-ci désire avoir des enfants, car elle a un droit sur eux et à ce propos, les savants ont dit :


« Il est interdit à l’homme d’appliquer le ‘azl sans le consentement de son épouse.»


De même, tu dois respecter sa sensibilité car si c’était toi qui désirais avoir un enfant et qu’elle n’en veuille pas, tu n’accepterais sûrement pas qu’elle te refuse ce dont tu as envie. Alors à toi aussi de respecter ses désirs.


Si elle désire un enfant, il ne t’est pas permis de le lui refuser et il t’est interdit de là contraindre à prendre des  pilules contraceptives ou autre…


 


[1] Le ‘azl  ou coït interrompu : cela consiste à ce que l’homme retire son pénis du vagin de son épouse avant l’éjaculation.


 


[Voir : kitab ad-da’wa]


 


 


Sortir un bien de la maison sans le consentement du mari


 


Question :


 


Quel est le jugement de l’islam concernant une femme qui sort un bien de la maison sans que le mari ne le sache, même si c’est une chose bénigne, que ce soit pour le donner à sa famille ou à ses amies ?


 


 


Réponse de shaykh Muhammad Ibn Salih Al ‘Uthaymin (rahimahullah) :


 


Il n’est pas permis à l’épouse de sortir un bien de la maison de son mari même si c’est une chose bénigne, sauf si son mari le lui a permis.


Et c’est pourquoi, si la femme désire faire une aumône ou offrir un cadeau, elle doit impérativement bénéficier de l’accord de son mari, sans quoi elle doit s’abstenir.


 


(Fatawa Manar Al Islam)


 


Le mari qui restreint les dépenses de sa famille

Page 77


 


Question :


 


Si mon époux me restreint les vivres, est-ce que j’ai le droit de lui prendre de son argent sans qu’il le sache ?


 


Réponse de shaykh Muhammad Ibn Salih Al ‘Uthaymin (rahimahullah) :


 


Celui qui doit subvenir aux besoins d’autrui, et qui se montre négligeant, et qui n’accomplit pas son devoir, il va de son droit ( à l’autre ) de prendre de ses biens sans qu’il le sache, et ceci en référence au hadith de Hind bint ‘Utbata qui dit au prophète (salallahu a‘layhi wa salam) que son époux ne lui donnait pas suffisamment de quoi vivre elle et ses enfants. A cela, le prophète (salallahu a‘layhi wa salam) répondit : « Prends ce dont vous avez besoin toi et tes enfant, avec équité. »


Il lui a permis (salallahu a‘layhi wa salam) de se servir sans que son mari ne le sache.


En revanche, quand le nécessiteux demande plus qu’il a besoin, il (le mari) n’est pas obligé de le lui donner et ceci en référence au hadith que nous avons cité.


 


Et Allah est plus savant…


 


(Fatawa Manar Al Islam)


 


 


Le mari peut-il interdire à son épouse d’accomplir


 des jours de jeûne surérogatoire ?


Page 64


 


Question :


 


Ai-je le droit d’interdire à ma femme de jeûner des jours surérogatoires comme le jeûne des six jours de Shawwal ?


Et est-ce que je commets un pêché en faisant cela ?


 


 


Réponse de shaykh ‘Abdullah Ibn Jibrin (hafidhahullah):



Il a été rapporté qu’il est interdit à la femme de jeûner des jours surérogatoires lorsque son mari est présent, sans son consentement, car il se peut qu’il ait à combler un désir sexuel avec elle. Et si celle-ci jeûne sans son consentement, il est permis à l’homme d’obliger son épouse à rompre son jeûne pour satisfaire son besoin sexuel. Par contre, s’il ne ressent pas le besoin de combler ce désir sexuel, alors il lui est déconseillé d’interdire son épouse de jeûner, si ce jeûne ne lui porte pas de tort et qu’il ne la gène pas dans l’éducation de ses enfants ou leur allaitement et ce, que ce soit pour les six jours de Shawwal ou autres.


 


[ Fatawa As-siyam]


 


 


Source : Fatawa al 'ulama fi 'ichrati an-nissa wa hil al khulafati az-zawjiya


Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Le ghousl (bain rituel)
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 20:21


An-Nisâ'  sourate 4 / verset  43


[43] Ô les croyants! N'approchez pas de la Salâ alors que vous êtes ivres jusqu'à ce que vous compreniez ce que vous dites, et aussi quand vous êtes en état d'impureté (pollués) - à moins que vous ne soyez en voyage - jusqu'à ce que vous ayez pris un bain rituel. Si vous êtes malades ou en voyage, ou si l'un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché à des femmes et que vous ne trouviez pas d'eau, alors recourez à une terre pure, et passez-vous-en sur vos visages et sur vos mains. Allah, en vérité, est Indulgent et Pardonneur.



Al-Mâ'ida sourate 5 / verset 6


[6] Ô les croyants! Lorsque vous vous levez pour la Salâ, lavez vos visages et vos mains jusqu'aux coudes; passez les mains mouillées sur vos têtes; et lavez-vous les pieds jusqu'aux chevilles. Et si vous êtes pollués "jounoub", alors purifiez-vous (par un bain); mais si vous êtes malades, ou en voyage, ou si l'un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins ou si vous avez touché aux femmes et que vous ne trouviez pas d'eau, alors recourez à la terre pure, passez-en sur vos visages et vos mains. Allah ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait. Peut-être serez-vous reconnaissants.



Note personnel NdT















Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Le ghousl (bain rituel)
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 14:36


Cheikh Mohammad ibn Jamil Zino



La signification du bain rituel est le fait de se verser de l’eau sur tout le corps. La preuve de cela réside dans la Parole d’Allah le Très-Haut :


« Et si vous êtes en état impureté majeure, alors purifiez-vous » (almâ’idah v.6)


et selon Sa Parole :


« Et ils t’interrogent sur la menstruation des femmes. Dis : c’est un mal. Eloignez-vous donc des femmes pendant les menstrues, et ne les approchez que lorsque elles sont pures. Quand elles se sont purifiées, alors venez à elles suivant les prescriptions d’Allah car Allah aime ceux qui se repentent, et Il aime ceux qui se purifient » (baquarah v.222)


 Six situations rendent le bain rituel obligatoire :


L’éjaculation du sperme par plaisir, pendant son sommeil ou en étant éveillé. Ceci implique la femme autant que l’homme. Cela est l’avis de la plupart des juristes qui se fondent sur la parole du Prophèter : « l’éjaculation  implique le bain rituel » rapporté par Moslim.


Par contre, le bain rituel n’est pas obligatoire si l’éjaculation n’est pas parvenue par plaisir mais par maladie ou par froid intense. Aussi, si la personne fait un rêve érotique, sans qu’elle ne trouve de trace de sperme, alors le bain rituel ne lui est pas obligatoire.


 2) Lors de la rencontre des deux sexes qui n’est accomplie que lorsque le gland du pénis pénètre complètement dans le vagin et ceci même si l’éjaculation n’est pas parvenue. La preuve réside dans la Parole d’Allah :


« Et si vous êtes en état impureté majeure,alors purifiez-vous » (almâ’idah v.6)


Et dans la parole du Prophèter : « lorsque l’homme se positionne entre les jambes de sa femme, puis la pénètre, alors le bain rituel leur est obligatoire, qu’il ait ou non éjaculé » rapporté par Moslim.

 
  3) L’interruption des règles et des lochies (règles après l’accouchement). La preuve réside dans la Parole d’Allah le Très-Haut :


 « Et ne les approchez que lorsque elles sont pures. Quand elles se sont purifiées, alors venez à elles suivant les prescriptions d’Allah »  (baqarah v.222)


Et selon la parole du Prophèter quand il dit à Fatima bint Aby Houbaïch : « ne prie pas le nombre de jours de tes règles habituelles, ensuite effectue le bain rituel, puis accomplies ta prière » rapporté par Boukhâry et Moslim.


On remarque que ce hadith ne mentionne que les règles, mais les lochies sont considérées par l’unanimité des savants comme étant des règles.


   4) La mort : il est unanimement reconnu que l’on doit laver le musulman lorsque il meurt.


5) Le mécréant, lorsqu’il se convertit à l’islam, doit prendre un bain rituel. (cf fiqh as-sunnah t1 p64)  


6) Le bain rituel est obligatoire le jour du vendredi. La preuve réside dans la parole du Prophèter qui dit : « le bain rituel du vendredi est obligatoire pour tout musulman pubère » rapporté par Boukhâry.



Ce qui est interdit à la personne en état d’impureté majeure


1) La prière est interdite d’après la Parole d’Allah le Très-Haut :

 
« Et si vous êtes en état impureté majeure, alors purifiez-vous » (almâ’idah v.6)


2) Le tawaf ( circuit autour de la maison sacrée) est interdit selon la parole du Prophèter : « le tawaf autour de la maison (Kaaba) est une prière, néanmoins Allah y a autorisé de parler. Donc que celui qui parle ne dise que du bien ». Rapporté par Tirmidhî et Dâraqoutnî, et Hâkim et ibnou Khouzaïma l’ont authentifié.
   

3) Le fait de toucher ou porter le Coran : ces deux interdictions sont unanimement reconnues par les imams. De plus, les compagnons n’ont pas divergé sur ce sujet.


4) Le fait de demeurer dans la mosquée : ceci est interdit au musulman selon la Parole d’Allah le Très-Haut :


« Ô les croyants ! N’approchez pas la prière alors que vous êtes ivres, jusqu’à ce que vous compreniez ce que vous dites, et aussi lorsque vous êtes en état d’impureté majeure, à moins que vous ne soyez en voyage, jusqu’à ce que vous ayez pris un bain rituel » (Nissâ v.43).


Cependant, il est toléré à la personne de franchir la mosquée sans y rester, comme le prouve ce verset, mais aussi la parole du Prophèter à Aïcha :   « donne-moi le tapis de prière qui est dans la mosquée » elle répondit : « mais je suis dans ma période de règles » il rétorqua : « tes règles ne sont pas dans tes mains » rapporté par Moslem, Abu dâoud, tirmidhî, Nassâï et ibnou Majâh. (cf fiqh as-sunna t1p77-78)



Les piliers du bain rituel


Le bain rituel légiféré repose sur deux points :


1) L’intention est le premier pilier, car c’est elle qui différencie une adoration d’une autre. Aussi, l’intention est un acte qui provient totalement du for intérieur, contrairement aux nombreuses personnes qui ont pris l’habitude de prononcer l’intention à voix haute, alors que cet acte est totalement inventé et point légiféré. Donc, il faut le délaisser et le rejeter.



2)  Le fait de se laver tout le corps selon la Parole d’Allah :   
  
 « Et si vous êtes en état impureté majeure, alors purifiez-vous » (almâ’idah v.6)

et Sa Parole :


« Ô les croyants ! N’approchez pas la prière alors que vous êtes ivres, jusqu’à ce que vous compreniez ce que vous dites, et aussi lorsque vous êtes en état d’impureté majeure, à moins que vous ne soyez en voyage, jusqu’à ce que vous ayez pris un bain rituel » (Nissâ v.43).


Ce verset est la preuve que la signification de la purification désigne le bain rituel. Aussi, le véritable lavage consiste à se laver entièrement les membres, selon la compréhension du mot lavage en arabe et comme l’a décrit la sunna.



Les actes méritoires du bain rituel


Il est conseillé, pour celui qui se lave, de tenir compte des actes du Messager r lors de son bain rituel :


1) Il se lave les mains trois fois.
2) Ensuite il se lave les parties intimes.
3) Puis il effectue complètement ses ablutions comme celles pour la prière.
4) Enfin, il se verse de l’eau sur tout le corps en commençant par le côté droit, puis le côté gauche, sans oublier les aisselles, l’intérieur des oreilles, le nombril et les doigts de pied et en frottant ce qui peut être frotté.


 La preuve de tout cela repose sur ce qui a été rapporté par Aïcha :           « lorsque le Prophèter  était en état d’impureté majeure, il se lavait en commençant par ses mains, ensuite il se versait de l’eau à l’aide de sa main droite dans sa main gauche pour se laver les parties intimes, ensuite il faisait ses ablutions comme celles pour la prière, puis il trempait ses mains dans l’eau et les pénétrait jusqu’aux racines de ses cheveux et lorsqu’il s’assurait que l’eau eût bien pénétrée, il se versait trois poignées d’eau sur la tête,et pour finir il se versait de l’eau sur tout le corps » rapporté par Boukhâry et mouslim. (cf fiqh as-sunna t1 p72-73).



Le bain rituel recommandé


Le musulman conscient et pubère qui effectue ce bain rituel est complimenté et récompensé, mais il ne sera pas blâmé, ni châtié, s’il ne l’effectue pas.


1) Le bain rituel du vendredi : car ce jour est un jour de rassemblement pour l’adoration et la prière. Le Législateur a donc ordonné avec insistance aux musulmans de se laver lors de leur rassemblement, pour qu’ils soient bien présentables du point de vue de la propreté et de la purification. Le Prophète r a dit : « le bain rituel du vendredi est obligatoire pour tout musulman pubère, comme le siwâk (brosser ses dents avec l’arak) et se parfumer selon ses possibilités » rapporté par Boukhâry.


Je dis (cheikh zinou) : « le hadith semble à première vue indiquer l’obligation du bain rituel le vendredi et non la recommandation, et c’est l’avis des savants du hadith.


2) Le bain rituel les deux jours de l’Aïd : les savants l’ont recommandé.


3) Le bain rituel de celui qui a lavé un mort : ceci est recommandé selon la parole du Prophèter : « que celui qui lave un mort se lave donc à son tour et que celui qui porte un mort fasse ensuite ses ablutions » hadith approuvé par Tirmidhî et ibnou Hajar.


4) Le bain rituel est recommandé lors de la sacralisation (ihram) : ceci est donc recommandé à celui qui désire accomplir le hajj et la omrah.   


5) Lorsque l’on entre dans la Mecque : il est donc recommandé de prendre un bain rituel à notre arrivée à la Mecque. La preuve de cela ainsi que du quatrième point réside dans les actes du Prophèter. (cf fiqh as-sunnah).



Quelques points concernant le bain rituel



1) Un seul bain rituel suffit pour celle qui est, par exemple, en même temps en état d’impureté majeure et en période de règles, ou comme lorsque l’Aïd coïncide avec le vendredi, ou lorsque la personne est en état d’impureté majeure le vendredi. Ainsi, un seul bain est suffisant si la personne a l’intention de se purifier des deux actes en même temps selon la parole du prophèter : « toute personne sera récompensée selon son intention » rapporté par Boukhâry et mouslim.


Par ailleurs, certains savants obligent une seule intention pour chaque bain rituel.


2) Celui qui prend un bain rituel en état d’impureté majeure, alors          qu’auparavant il n’a pas fait ses ablutions, n’aura plus besoin de les faire sachant que le bain rituel lui suffit. Abou Bakr ibnou Al’araby a dit : « les savants n’ont pas divergé au sujet des ablutions comme faisant pleinement partie du bain rituel. Ainsi qu’au sujet de l’intention de se purifier de l’impureté majeure comme étant suffisante à l’intention des ablutions et les rendant inutiles.


3) Aller au hammam est toléré, si la personne est sûr de ne pas regarder les parties intimes des autres et que d’autres personnes soient dans l’impossibilité de regarder les siennes. Ahmad a dit : « si tu est sûr que chaque personne se trouvant dans le hammam est vêtu d’un izâr (habit qui couvre les parties intimes depuis le nombril jusqu’aux genoux), alors tu peux y entrer ; sinon, n’entre pas ». Il est dit dans le hadith : « que l’homme ne regarde pas les parties intimes de l’homme et que la femme ne regarde pas celles de la femme » rapporté par Moslim.


4) Il est permis à l’homme d’utiliser le reste d’eau dans lequel s’est lavée sa femme et réciproquement, comme il leur est permis de se laver ensemble avec le même récipient selon la parole du prophèter : « l’eau ne devient pas impure » rapporté par Tirmidhî qui a dit : « il est authentique et bon ».


5) Il est interdit de se laver nu au milieu des gens, car dénuder ses parties intimes est interdit. Par contre, ceci est toléré si la personne se couvre avec un tissu ou ce qui lui ressemble. Aussi, il lui est permis de se laver nue loin des regards des gens, car Moussa (Moïse) r l’a fait, comme le rapporte Boukhâry. 


6) Le bain de la femme n’est pas différent de celui de l’homme, sauf que la femme n’a pas à défaire sa natte si l’eau touche la racine des cheveux selon le hadith d’après Oumou Salamah, qui raconte le récit d’une femme qui vint au Prophèter et lui dit : « Ô Prophète d’Allah ! Je suis une femme qui natte ses cheveux, faut-il que je défasse mes nattes pour le bain rituel ?  Il répondit : il te suffit de verser trois poignées d’eau sur ta tête, ensuite tu verses de l’eau sur tout ton corps pour que tu sois enfin  purifiée».rapporté par Moslim. (cf fiqh as-sunnah t1 p74).  




Ce texte est tiré du livre de cheikh Zinou « l’explication des piliers de l’islam et de la foi et ce que doit impérativement savoir le musulman de sa religion ».


Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Le ghousl (bain rituel)
6 novembre 1995 1 06 /11 /novembre /1995 02:43


Cheikh Muhammad bn Sâlih Al-‘Uthaymîn
 Qu’Allah lui fasse miséricorde


Est-ce que l’air qui sort de [l’intérieur] du vagin de la femme annule les ablutions où pas ?



Réponse :

Cela n’affecte pas les ablutions puisqu’il ne vient pas d’un endroit (son sexe) impur (nadjis) tel que l’air qui provient de derrière.
















Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans Le ghousl (bain rituel)