Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

.

Ouverture prochaine du site

« True Salaf »

Vous êtes de plus en plus nombreuses a vous connecter  Barak Allahu fikoum !
C’est la raison pour laquelle nous réalisons actuellement le futur site
« www.true-salaf.com »

Inscrivez-vous (à notre newsletter)

Pour être informé !

Qu'Allah nous facilite le chemin vers la vérité et nous aide à la mettre en pratique.

Nombre de visiteurs :

.


« Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allâh et Son messager ont décidé d’une chose, d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. »Coran 33 / 36
 
 

        Nouveau !
Horaire de Prière

 

 

web108.gif Chaque mois :  WWW.CONCOURS-ISLAMIQUE.COM
A gagner : Des livres, Jilbab, gants, Boussole, CD et autres...
.m.
Ajouter true salaf a vos liens
True-Salaf.png
Certains Pieux Prédécesseurs (Salaf Salih) disait :
« Le plus dur des combats que j’ai mené contre mon ego est lorsque j’ai voulu l’obliger à être sincère. »

u

  eclosion.gif True Salaf l'Islam Pur et Authentique eclosion.gif

Chère sœur musulmane ! Le voile n’a d’autre fonction que de te préserver et de te protéger des regards empoisonnés venant des cœurs malades et des chiens humains. Il t’est un rempart aux appétits féroces. Tu dois t’y attacher, et ne pas te tourner vers ces revendications pour le moins tendancieuses dont les aspirations sont de combattre le voile en cherchant à le dénigrer. Leurs partisans ne te veulent aucun bien comme le Seigneur le révèle :

"Ceux qui suivent leurs passions voudraient profondément que vous succombiez". (4: 27) 
 

 

 

11 août 2007 6 11 /08 /août /2007 16:02
Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans La femme avant l'islam
23 mars 2007 5 23 /03 /mars /2007 00:00


A l'arrivée de l'Islam, toutes les communautés de la terre méprisaient la femme et la lésaient dans son droit ; ce qu'elle pouvait obtenir de mieux c'était la reconnaissance de son origine humaine ; qu'en était-il donc de la reconnaissance de sa dignité et de son égalité avec les hommes dans les droits et les devoirs !? Chez le Grecs, elle était un objet de divertissement et de plaisir. Cela est exprimé dans cette citation de Démosthène : « Nous utilisons les prostituées pour le plaisir, les amantes pour notre soin corporel quotidien et les épouses pour avoir des enfants légitimes »


Chez les Romains, le père et l'époux avaient le droit de la vendre à qui ils voulaient.


Quant aux Arabes, le fils de l'époux avait le droit de la prendre en héritage au même titre que les biens et les bêtes de son père ! Ceci bien entendu, dans le cas où Allah la protégeait d'être enterrée vivante à sa naissance.


Il en est de même du reste des communautés, qu'il s'agisse des Perses, des Indiens…


Tout se passait sans que la femme n'accomplisse de révolutions ou de revendications par rapport à cet état de choses, et sans qu'il y ait de mutations sociales ou économiques qui imposent quelque chose de ce genre.


Jusqu'à ce qu'arrive l'Islam pour reconnaître son égalité à l'homme et lui restituer la totalité de ses droits afin de la délivrer de cette situation désastreuse et déshonorante et la mener a des horizons sublimes. Comment cela s'est-il passé ?



L'égalité entre l'homme et la femme dans l'Islam :


L'Islam a prescrit le principe de l'égalité des deux sexes dans tous les domaines dans lesquels ils sont égaux en tant qu'êtres humains ; il a fait une distinction entre les deux à certains endroits en raison des considérations particulières dans lesquelles il tient compte de l'origine de leur création, des capacités de chacun des deux et de sa nature. Nous nous proposons d'évoquer dans les lignes suivantes, les domaines de l'égalité :



•  L'égalité sur l'origine de la création


L'Islam a établi de manière certaine l'unité de l'origine du genre humain et cela dans plusieurs versets du Qur'an : ( Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d'un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d'hommes et de femmes ) (sourate An-Nissâ, verset 1) ; ( Ô hommes ! Nous vous avons créés d'un mâle et d'une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d'entre vous, auprès d'Allah, est le plus pieux ) (sourate Al Hujurat, verset 13)


•  L'égalité de la destinée


De même, l'Islam a déclaré que tous les êtres humains retourneront vers Allah qui les a créés pour la première fois et chacun d'eux, qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme y rencontrera la rétribution de son œuvre de la vie présente. S'il a fait du bien il aura une bonne récompense et s'il a mal œuvré, il aura une mauvaise récompense : ( Et au Jour de la Résurrection, chacun d'eux se rendra seul auprès de Lui ) (sourate Maryam, verset 95) ; ( Et qu'aucune [âme] ne portera le fardeau (le péché) d'autrui, et qu'en vérité, l'homme n'obtient que [le fruit] de ses efforts ; et que son effort, en vérité, lui sera présenté (le jour du Jugement) ) (sourate An-Najm, versets 38-40) ( Leur Seigneur les a alors exaucés (disant) : “ En vérité, Je ne laisse pas perdre le bien que quiconque parmi vous a fait, homme ou femme, car vous êtes les uns des autres ) (sourate Al Imran, verset 195) ; ( Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions ) (sourate An-Nahl, verset 97)



•  L'égalité dans la réceptivité du message religieux


Les messages d'Allah à l'intention de l'humanité sont adressés indifféremment à l'homme et à la femme. La personnalité de la femme est complètement autonome par rapport à l'homme. La foi en Allah, en Ses Messagers, en Ses Livres, au Jour Dernier est requise de la femme. De même, toutes les obligations religieuses lui sont adressées sans médiation ou tutelle de quiconque. Elle est entièrement responsable dans tout cela.


( Les Musulmans et Musulmanes, croyants et croyantes, obéissants et obéissantes, loyaux et loyales, endurants et endurantes, craignants et craignantes, donneurs et donneuses d'aumônes, jeûnants et jeûnantes, gardiens de leur chasteté et gardiennes, invocateurs souvent d'Allah et invocatrices : Allah a préparé pour eux un pardon et une énorme récompense ) (sourate Al Ahzâb, verset 35) ; ( Allah a cité en parabole pour ceux qui ont mécru la femme de Noé et la femme de Lot. Elles étaient sous l'autorité de deux vertueux de Nos serviteurs. Toutes deux les trahirent et ils ne furent d'aucune aide pour [ces deux femmes] vis-à-vis d'Allah. Et il [leur] fut dit : “Entrez au Feu toutes les deux, avec ceux qui y entrent” ) (sourate At-Tahrim, verset 10)


( Et Allah a cité en parabole pour ceux qui croient, la femme de Pharaon, quand elle dit “Seigneur, construis-moi auprès de Toi une maison dans le Paradis, et sauve-moi de Pharaon et de son œuvre ; et sauve-moi des gens injustes” ) (sourate At-Tahrim, verset 11)


Le Messager d'Allah –paix et bénédictions d'Allah sur lui- dit à sa fille Fatima –qu'Allah soit satisfait d'elle- : « Ô Fatima, je ne te profiterai point devant Allah »



•  L'égalité devant la justice


La femme a également son inviolabilité juridique et a le droit d'engager une poursuite judiciaire si elle subit une injustice : ( Ô les croyants ! Observez strictement la justice et soyez des témoins (véridiques) comme Allah l'ordonne, fût-ce contre vous-mêmes, contre vos père et mère ou proches parents. Qu'il s'agisse d'un riche ou d'un besogneux, Allah a priorité sur eux deux (et Il est plus connaisseur de leur intérêt que vous) ) (sourate An-Nissâ, verset 135).


Nombreuses sont les femmes qui venaient auprès du Messager d'Allah –paix et bénédictions d'Allah sur lui- se plaindre de l'injustice qu'elles subissaient de la part de certains de leurs proches parents et il leur faisait justice et les délivrait de ces iniquités. Il y a parmi elles, cette femme que son frère empêcha de se marier avec celui qu'elle désirait ; elle vint se plaindre auprès du Messager –paix et bénédictions d'Allah sur lui- et cette parole d'Allah –l'Exalté- fut alors révélée : ( Alors ne les empêchez pas de renouer avec leurs époux, s'ils s'agréent l'un l'autre, et conformément à la bienséance ) (sourate Al Baqara, verset 232)


Il y a aussi le cas de celle que son père donna en mariage par contrainte ; le Messager –paix et bénédictions d'Allah sur lui- rejeta son mariage.


Et cette jeune fille qui fut mariée par son père à un homme qu'elle détestait, vint se plaindre auprès du Messager –paix et bénédictions d'Allah sur lui- qui lui proposa de choisir entre rester avec cet homme ou se séparer de lui ; aussi, elle dit : (J'accepte ce qu'a fait mon père, toutefois, j'ai voulu que les femmes sachent que les pères n'ont aucune part dans l'ordre)


Une autre vint trouver le Messager –paix et bénédictions d'Allah sur lui- alors que l'oncle paternel de ses deux filles avait privé ces dernières de l'héritage laissé par leur père. Aussi, cette parole d'Allah fut révélée : ( S'il n'y a que des filles, même plus de deux, à elles alors deux tiers de ce que le défunt laisse ) (sourate An-Nissâ, verset 11)


Les exemples sont nombreux dans ce chapitre.


•  L'égalité au sein de la famille entre les droits de la femme et ses devoirs :


L'Islam a proclamé l'égalité entre les droits et les devoirs familiaux de la femme. Allah –l'Exalté- dit : ( Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance ) (sourate Al Baqara, verset 228).


Il a aussi proclamé son droit d'être consultée au sein de la famille au sujet des enfants, de leur éducation, etc. Allah –l'Exalté- dit au sujet du sevrage de l'enfant : ( Et si, après s'être consultés, tous deux tombent d'accord pour décider le sevrage, nul grief a leur faire ) (sourate Al Baqara, verset 233) ; ( Et concertez-vous [à ce sujet] de façon convenable ) (sourate At-Talaq, verset 6) ; c'est-à-dire que chacun des époux doit, de façon convenable, demander l'avis de l'autre au sujet des affaires de la famille (allaitement des enfants, leur éducation…)



Les droits de la femme dans l'Islam



Il convient de noter que dans l'Islam, les droits de l'homme de façon générale sont des obligations et non de simples droits. Autrement dit, il incombe à l'homme de préserver ces droits et de fournir des efforts pour les recouvrer lorsqu'ils sont bafoués. De même, il incombe à la société de les octroyer totalement aux individus. L'Islam a donc accordé à la femme tous les droits de l'être humain, qu'il s'agisse des droits intellectuels, religieux, sociaux, économiques ou politiques.



•  Les droits intellectuels et religieux de la femme


L'Islam a garanti à l'être humain, qu'il s'agisse de l'homme ou de la femme, le droit de penser et le droit de croire ; bien mieux, il a considéré la pensée et la méditation comme une obligation incombant à l'être humain. Aussi, les versets sont nombreux à exhorter l'homme à la méditation et à la pensée sur les phénomènes du cosmos et de la vie ; Allah –l'Exalté- dit : ( N'ont-ils pas médité sur le royaume des cieux et de la terre, et toute chose qu'Allah a créée ) (sourate Al A'raf, verset 185) ; ( Dis : “Regardez ce qui est dans les cieux et sur la terre” ) (sourate Yunus, verset 101) ; ( Dis : “Parcourez la terre et voyez comment Il a commencé la création ) (sourate Al Ankabut, verset 20) ; ( Dis : “Je vous exhorte seulement à une chose : que pour Allah vous vous leviez, par deux ou isolément, et qu'ensuite vous réfléchissiez. Votre compagnon (Muhammad) n'est nullement possédé ) (sourate Saba, verset 46)


Quant au droit à la croyance, l'Islam l'a garanti à l'être humain et a interdit de contraindre une personne à changer de conviction : ( Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s'est distingué de l'égarement ) (sourate Al Baqara, verset 256) ; ( Est-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants ? ) (sourate Yunus, verset 99) ; ( Eh bien, rappelle ! Tu n'es qu'un rappeleur ; et tu n'es pas un dominateur sur eux ) (sourate Al Gâchiya, versets 21-22). D'autre part, le Qur'an a mis en garde ceux qui font subir des épreuves aux musulmans et aux musulmanes à cause de leur croyance : ( Ceux qui font subir des épreuves aux croyants et aux croyantes, puis ne se repentent pas, auront le châtiment de l'Enfer et le supplice du feu ) (sourate Al Buruj, verset 10)


De tous ces versets, se manifeste l'autonomie de la personnalité religieuse de la femme ; on y retient également que personne ne lui impose sa croyance, que c'est plutôt elle-même qui choisit librement sa croyance.


( Ô vous qui avez cru ! Quand les croyantes viennent à vous en émigrées, éprouvez-les ; Allah connaît mieux leur foi ; si vous constatez qu'elles sont croyantes, ne les renvoyez pas aux mécréants ) (sourate Al Mumtahana, verset 10) ; ( Ô Prophète ! Quand les croyantes viennent te prêter serment d'allégeance, [et en jurent] qu'elles n'associeront rien à Allah, qu'elles ne voleront pas, qu'elles ne se livreront pas à l'adultère, qu'elles ne tueront pas leurs propres enfants, qu'elles ne commettront aucune infamie ni avec leurs mains ni avec leurs pieds et qu'elles ne désobéiront pas en ce qui est convenable, alors reçois leur serment d'allégeance, et implore d'Allah le pardon pour elles ) (sourate Al Mumtahana, verset 12) ; ( Ô femmes du Prophète ! Celle d'entre vous qui commettra une turpitude prouvée, le châtiment lui sera doublé par deux fois ! Et ceci est facile pour Allah. Et celle d'entre vous qui est entièrement soumise à Allah et à Son messager et qui fait le bien, Nous lui accorderons deux fois sa récompense ) (sourate Al Ahzab, versets 30-31)


Lorsque l'Islam fut révélée, la femme l'embrassa et émigra, malgré la mécréance de l'époux, du père et de tous les proches parents hommes. Pour illustrer cela, prenons le cas de Oummou Habiba la fille de Abû Soufyan, elle embrassa l'Islam et émigra alors que son père était à cette époque parmi les leaders de la mécréance, son mari renia la foi et elle se maintint dans l'Islam. Il y a aussi le cas de Fatima la fille de Al Khattâb, elle embrassa l'Islam avant son frère Oumar ibn Al Khattâb et c'est elle qui fut la cause de la conversion de ce dernier grâce au défi et à la bravade qu'elle lui opposa lorsqu'il apprit la nouvelle de son islamisation et voulut éprouver sa foi. Il y a également Oummou Koultsoum, la fille de Ouqba ibn Abî Mouît, elle embrassa l'Islam et émigra malgré que tous les membres de sa famille fussent des polythéistes.


Il y a aussi le cas de ces nombreuses femmes qui étaient la cause de la conversion de leurs époux telles que Oummou Soulaim, la femme de Abû Talha Al Ansary, Oummou Hakîm fille de Hizâm, la femme de Ikrima ibn Abî Jahl et bien d'autres. 

Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans La femme avant l'islam
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 16:21


Le statut de la femme en islam est souvent la cible d'attaques de la part des médias occidentaux. Le "hijab", ou tenue vestimentaire islamique, est souvent cité comme exemple de "l'assujettissement" de la femme en islam. Avant d'analyser les raisons de l'obligation du hijab en islam, voici d'abord un aperçu de ce qu'était le statut de la femme dans les sociétés pré-islamiques.


1. Dans le passé, les femmes étaient déshonorées et réduites à être des objets de luxure

Les exemples historiques suivants illustrent très clairement que le statut de la femme dans les civilisations pré-islamiques était de loin inférieur à celui de l'homme, au point où elles étaient privées de toute dignité humaine:


La civilisation babylonienne:

les femmes étaient rabaissées et privées de tout droit sous la loi babylonienne. Si un homme assassinait une femme, plutôt que d'être puni pour son crime, c'est sa femme qui était mise à mort.

             
La civilisation grecque:

La civilisation grecque est considérée comme la plus prestigieuse des civilisations anciennes. Dans cette civilisation très "prestigieuse", on méprisait les femmes et on ne leur accordait aucun droit. Dans la mythologie grecque, une femme imaginaire appelée Pandore est la source de tous les malheurs des hommes. Les Grecs considéraient les femmes comme des personnes moins qu'humaines et inférieures aux hommes. Bien que la chasteté des femmes fût considérée comme précieuse chez eux, les Grecs se livrèrent plus tard à toutes sortes de perversions sexuelles, si bien que la prostitution devint chose courante dans toutes les classes de la société grecque.

             
La civilisation romaine:


lorsque la civilisation romaine était au zénith de sa "gloire", un homme avait tout à fait le droit d'ôter la vie à sa femme. Par ailleurs, la prostitution et la nudité étaient choses courantes chez les Romains.
 

             
La civilisation égyptienne:


les Égyptiens considéraient les femmes comme mauvaises et voyaient en elles un signe du diable.


              
L'Arabie pré-islamique:


Avant la propagation de l'islam en Arabie, les Arabes méprisaient les femmes, et très souvent, quand une fille leur venait au monde, ils l'enterraient vivante.



2. L'islam a élevé la femme à un rang supérieur, lui a donné l'égalité et attend d'elle qu'elle se maintienne à ce niveau

L'islam a élevé le statut de la femme et lui a accordé ses droits légitimes il y a de cela 1400 ans. Elle se doit de se maintenir à ce niveau et ne rien accepter de moins que ce qu'Allah lui a accordé.

  • Le regard des hommes
Dans la sourah Noûr, le Coran dit: "Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C'est plus pur pour eux. Allah est, certes, parfaitement Connaisseur de ce qu'ils font."[Le Coran, 24:30]
Dès qu'un homme regarde une femme, il doit immédiatement baisser les yeux, surtout si la vue de cette femme a provoqué en lui des pensées inavouables.

  • Le hijab des femmes
Le verset suivant de la sourah Noor dit:"Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît, et qu'elles rabattent leur voile sur leur poitrine. Et qu'elles ne montrent leurs atours qu'à leur mari, ou à leur père, ou au père de leur mari, ou à leur fils, ou aux fils de leur mari, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs soeurs, ou aux femmes musulmanes..."[Le Coran, 24:31]


3. Les six conditions du hijab


Selon le Coran et la Sounnah, il y a six conditions pour que le hijab soit acceptable:


  1. La superficie du corps qui doit être couverte:
La premier critère est la superficie du corps qui doit être couverte . Elle est différente chez l'homme et la femme. Ce qui doit être obligatoirement couvert chez l'homme est ce qui se situe entre le nombril et les genoux. Pour la femme, cette obligation s'étend à tout le corps, à l'exception du visage et des mains. Si elle le souhaite, elle peut également couvrir ces parties de son corps. Certains érudits musulmans soutiennent que le visage et les mains doivent obligatoirement être couverts. Les cinq autres conditions sont les mêmes pour l'homme et la femme.
  1. Les vêtements doivent être amples et ne pas révéler les formes.
  2. Les vêtements ne doivent pas être transparents de sorte que l'on puisse voir la peau de la personne.
  3. Les vêtements ne doivent pas être séduisants, de façon à attirer le sexe opposé.
  4. Les vêtements ne doivent pas ressembler à ceux portés par le sexe opposé.
  5. Les vêtements ne doivent pas ressembler à ceux des mécréants, que ces derniers les portent à cause de leurs coutumes ou de leur religion


4. Le hijab inclut également le comportement

Le hijab complet, en plus des six critères vestimentaires, inclut également la conduite morale, le comportement, et l'attitude de la personne. La personne qui ne respecte que les conditions vestimentaires du hijab ne l'applique que de façon restreinte. Le hijab vestimentaire doit être accompagné du hijab des yeux, du hijab du coeur, du hijab de la pensée et du hijab de l'intention. Cela inclut également la façon dont une personne marche, la façon dont elle parle, son comportement, etc.


5. Le hijab constitue une protection contre les offenses

La raison pour laquelle le hijab a été prescrit aux femmes est mentionnée dans la sourah Al-Ahzab du Coran:

Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de ramener sur elles leurs grands voiles; elles en seront plus vite reconnues et éviteront d'être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux."

[Le Coran, 33:59]

le Coran dit que le hijab a été prescrit aux femmes afin qu'elles soient reconnues en tant que femmes modestes, ce qui leur évitera d'être offensées.


6. L'exemple des soeurs jumelles

Supposez que deux soeurs jumelles, toutes deux très belles, se promènent sur la rue. L'une d'elles porte le hijab, i.e. que tout son corps est couvert à l'exception de son visage et de ses mains. Sa soeur, quant à elle, est vêtue à l'occidentale, en mini-jupe. Pas loin de là, il y a un voyou qui n'attend qu'une occasion de draguer une fille. Laquelle draguera-t-il? La fille qui porte le hijab ou celle habillée en mini-jupe (ou vêtement serré) ? Évidemment, il va draguer la fille qui porte une mini-jupe. Ce genre de tenue vestimentaire, qui révèle plus le corps qu'elle ne le couvre, représente, pour le sexe opposé, une invitation à la drague et au viol. Le Coran a donc raison de dire que le hijab est une protection contre les offenses.


7. La peine capitale pour les violeurs

Selon la loi islamique (shariah), un homme reconnu coupable de viol doit être condamné à mort. Beaucoup s'étonnent de la "sévérité" de ce châtiment. Certains vont jusqu'à dire que l'islam est une religion cruelle et barbare! Àdes centaines de non-musulmans, j'ai posé la question suivante: imaginez (Dieu vous en garde) qu'un homme viole votre épouse, votre mère ou votre soeur. Vous êtes le juge et le violeur est amené devant vous.À quel châtiment le condamneriez-vous? Tous ceux à qui j'ai posé cette question m'ont répondu qu'ils le condamneraient à mort. Certains sont allés jusqu'à dire qu'ils le tortureraient à mort. Alors à tous ceux-là, je dis: si quelqu'un viole votre femme ou votre mère, vous voulez le condamner à mort. Mais si le même crime est commis contre la femme ou la fille de quelqu'un d'autre, vous dites que la peine capitale est barbare. Pourquoi devrait-il y avoir deux poids et deux mesures?


8. La société occidentale prétend avoir élevé le statut de la femme

La soi-disant libéralisation occidentale de la femme n'est rien d'autre qu'une forme déguisée d'exploitation de son corps et d'avilissement de son âme qui lui enlèvent toute dignité. La société occidentale prétend avoir élevé le statut des femmes. Mais en réalité, elle a rabaissé leur statut à celui de concubines et de maîtresses qui ne sont que des instruments aux mains des débauchés et des marchands de sexe qui cachent leur commerce derrière les façades trompeuses de "l'art" et de la "culture".


9. Les États-Unis ont l'un des taux de viols les plus élevés

Les États-Unis sont censés figurer parmi les pays les plus avancés de notre planète. Pourtant, le taux de viols, chez eux, dépasse ceux de tous les autres pays du monde. Selon un rapport du FBI, au cours de l'année 1990, une moyenne de 1756 viols ont été commis chaque jour aux États-Unis. Selon un autre rapport, publié quelques années plus tard, ce sont 1900 viols qui étaient commis quotidiennement aux États-Unis. L'année de ce rapport n'est pas mentionnée; peut-être était-ce 1992 ou 1993. Peut-être les Américains sont-ils devenus plus hardis au cours des années qui ont suivi.


Imaginez que toutes les femmes portent le hijab aux États-Unis, i.e que chacune d'elles soit couverte de la tête aux pieds, à l'exception du visage et des mains. Et qu'à chaque fois qu'un homme regarde une femme il baisse le regard dès qu'elle provoque chez lui des pensées inavouables. Suite à cela, imaginez que chaque homme qui commet un viol soit condamné à la peine capitale. Je vous le demande: dans de telles conditions, le taux de viols, aux États-Unis, augmentera-t-il, restera-t-il le même ou diminuera-t-il?


10. L'application de la shariah (loi islamique) ne peut que faire diminuer le taux de viols


Dès que la shariah est appliquée, elle n'apporte que des résultats positifs. Si elle était appliquée partout dans le monde, aussi bien aux États-Unis qu'en Europe, ces sociétés ne s'en porteraient que mieux. Le hijab ne rabaisse pas la femme. Au contraire, il l'élève et protège sa modestie et sa chasteté.


Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans La femme avant l'islam
7 novembre 1990 3 07 /11 /novembre /1990 18:55

Cliquez ci-dessous :













Booste le trafic de ton blog
Repost 0
Published by Samir Abou Taymyya Al-Jazairi - dans La femme avant l'islam